Bienvenue sur le nouveau site de L’Olympia version Bêta. Revenez régulièrement découvrir nos nouveautés.

Fermer
UMBERTO TOZZI

UMBERTO TOZZI

Souhaitez-vous recevoir les alertes via Facebook Messenger ?

Ou

Via mail

    Abonnement confirmé.

    À propos

    Né le 4 mars 1952 à Turin, Umberto Tozzi est un enfant de l’émigration interne de l’Italie : sa famille, originaire des Pouilles, emménage dans le Piémont à la fin des années 1940 pour échapper à la pauvreté. Umberto est le cadet de trois fils : au milieu des années 1960, son frère Franco Tozzi (né en 1944) accède à une certaine notoriété comme chanteur, participant à plusieurs festivals de chanson italienne (dont le Festival de San Remo en 1966 et 1967).

    Inspiré par l’exemple de son aîné, Umberto décide de tenter lui aussi une carrière musicale et, très jeune adolescent, accompagne Franco comme guitariste dans plusieurs concerts. En 1968, il intègre le groupe rock Off Sound, composé de jeunes Turinois. Il rencontre ensuite le chanteur Adriano Pappalardo, avec lequel il fonde une troupe composée de treize chanteurs, qui réalise plusieurs tournées. Au début des années 1970, il est embauché en tant que musicien de studio par le label Numero Uno, dont le chanteur Lucio Battisti est le responsable. Umberto travaille sur de nombreux disques réalisés par d’autres artistes, tout en sortant en 1973 pour Numero Uno sa première chanson en solo : « Incontro d’amore », qui figure sur le disque d’une chanteuse américaine. En 1974, il écrit en collaboration avec Damiano Dattoli le titre « Un corpo e un'anima » qui remporte, interprété par l’Américain Wess et l’Italienne Doris Ghezzi, le concours de chant de l’émission de télévision Canzonissima.

    Parallèlement, Umberto Tozzi continue de jouer les guitaristes pour son frère Franco, jusqu’en 1975 : mais, par une ironie quelque peu amère, la carrière de Franco décline à mesure que son cadet se fraie un chemin dans la musique ; il en résulte une certaine tension de leurs rapports et une brouille de plusieurs années. Auteur, musicien et arrangeur au succès précoce, Umberto Tozzi ne veut cependant pas se contenter de gratter de la guitare ou d’écrire pour les autres : avec Damiano Dattoli et Massimo Luca le groupe I Data, qui enregistre un disque sans grand retentissement.

    L’amour plus fort que tout

    Au milieu de la décennie 70, la rencontre d'Umberto Tozzi avec le compositeur, parolier et producteur Giancarlo Bigazzi s’avère déterminante, ce collaborateur d’exception portant en germe la plupart des grands tubes du chanteur. En 1976, le chanteur accède enfin au succès solo avec l’album Donna Amante Mia, qui se distingue notamment par le titre « Io camminerò », une reprise de Fausto Leali. Mais c’est l’année suivante que l’album È Nell'Aria... Ti Amo, que Tozzi passe vraiment le mur du son : la chanson « Ti Amo », concentré de romantisme débordant à l’italienne agrémenté d’une richesse d’orchestration typiquement « années 70 », remporte un succès magistral, battant des records de vente et s’affirmant comme le principal standard de son interprète.

    Le titre remporte le concours de chant estival Festivalbar et demeure en tête des ventes de disques en Italie de juillet à octobre 1977 : son succès ne s’arrête pas là et elle connaît des versions américaine (Laura Branigan) et française (Dalida), demeurant au fil des années un monument absolu, symbolisant dans l’esprit d’une partie du public l’essence même de la chanson italienne. Umberto Tozzi ne se repose pas sur ses lauriers et sort en 1978 l’album Tu, dont se détachent la chanson-titre et le très pop « Zingaro ». En 1979, c’est Gloria, album dont la chanson homonyme connaît à son tour une version américaine (grâce à Laura Branigan, qui avait déjà repris « Ti Amo ») qui escalade le classement des Etats-Unis.

    Triomphes à éclipses

    De 1977 à 1982, Umberto Tozzi se montre particulièrement actif, sortant un album par an et s’affirmant comme une vedette omniprésente de la chanson italienne. En 1980, l’album Tozzi résume par son seul titre le caractère proprement incontournable du chanteur, qui triomphe notamment avec le titre « Stella stai ». En 1981, Notte Rosa, considéré par certains fans comme son meilleur, se montre d’une inspiration nettement plus rock. Cette période de stakhanovisme se traduit par des ventes exceptionnelles pour le chanteur, qui vend jusqu’à vingt-sept millions d’albums dans le monde en cinq ans.

    Quelque peu surmené, il reste ensuite inactif entre 1984 et 1987, signant un retour fracassant sur le devant de la scène en gagnant le Festival de San Remo avec la chanson « Si può dare di più », qu’il interprète en trio avec Enrico Ruggieri et Gianni Morandi. Ce tube est suivi d’un nouvel album, Invisibile. Début 1988, il se produit au Royal Albert Hall de Londres, prestation donnant lieu à un deuxième album live (le premier était sorti en 1980, sobrement intitulé In Concerto). Mais, au début des années 1990, Tozzi est quelque peu déstabilisé par la fin de sa collaboration avec Giancarlo Bigazzi, co-auteur de succès comme « Donna amante mia », « Io camminerò », « Ti amo », « Tu », « Gloria », « Stella stai », etc. Umberto Tozzi ne revient donc que trois ans plus tard, en 1994, avec Equivocando, dont il rédige l’intégralité des textes : le single « Io muoio di te » lui vaut une nouvelle victoire au Festivalbar.

    Umberto Tozzi continue d’alterner des périodes de crises d’inspiration (tournant, de son propre avis, comme un fauve en cage dans son appartement romain) et des retours fracassants, surfant occasionnellement sur la popularité de ses succès passés. En 2000, l’album Un’Altra Vita est un succès, grâce notamment à la chanson homonyme. En 2001, pour les besoins du film Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, il réalise une reprise de « Ti amo » en duo avec Monica Bellucci. Les bonnes choses ne lassant jamais et « Ti amo » demeurant son standard indépassable, l’année suivante paraît une autre reprise de la chanson, en duo avec la chanteuse française Lena Ka, qui obtient un beau succès en France.

    En 2003, il continue d’exploiter le filon du duo bilingue avec une reprise de « Tu », interprété en duo avec Cerena : « Toi, Tu ». En 2006, il fête ses trente ans de carrière solo par un concert à guichets fermés à Paris (à l’Olympia), et sort un nouvel album, Heterogene, suivi d’un copieux Best Of. Toujours en 2006, il propose au public Tozzi Masini, un album interprété à deux voix avec Marco Masini, où chaque artiste interprète des succès de l’autre, avec quelques titres inédits pour que la fête soit complète. L’album est l’occasion d’un nouveau concert parisien à l’Olympia.

    Avec quarante-cinq millions d’albums vendus, Umberto Tozzi peut en remontrer à bien des légendes de la pop, n’ayant jamais cessé de s’affirmer comme un monument de la musique italienne : reste simplement à espérer que ses quelques tubes universels n’obscurciront pas trop une discographie à la richesse souvent étonnante. « Ti amo » n’a pas fini de faire vibrer les cordes sensibles.

    Copyright 2010 Music Story Nikita Malliarakis

    Ses passages à l’olympia

    #LiveOlympia

    • Filtrez par

    Blog Olympia

    L'Olympia

    Blog Olympia

    Un concert exceptionnel pour #AgirEnScène et dire #StopPauvreté, ça vous dit ? Alors réservez vite vos places ! https://t.co/dtkH5rEvF9 ht ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    J-3🎤Belles dernières répéts @vincentniclo🎤On se retrouve encore #EntreToiEtNous pr ton concert #EntreVousEtMoi à @OLYMPIAHALL🎤Ce sera GÉANT💗 ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    J-5 avant de voir la vie en rose à @OLYMPIAHALL avec @vincentniclo et la Family ! Le bonheur quoi !!! https://t.co/a3RQuL9RqC

    L'Olympia

    Blog Olympia

    #LiveReport @SylvieVartan, merveilleuse, à l'@OlympiaHall : https://t.co/Gcpd3jlTJo. Chronique, photos & vidéos ❤️ #ForeverSylvie https: ...

    • Suivez-nous sur

    Vous aimerez aussi

    L'Olympia est à vous

    Test