Patrick Fiori en concert à L'Olympia à Paris

PATRICK FIORI

Souhaitez-vous recevoir les alertes via Facebook Messenger ?

Ou

Via mail

    Abonnement confirmé.

    À propos

    Patrick Fiori, né le 23 septembre 1969 sous le nom de Jean-François Chouchayan, voit le jour à Marseille, fils d'un père arménien et d'une mère corse. C'est d'ailleurs dans l'Île de Beauté qu'il passe l'essentiel de son enfance, avec ses frères et s?urs. Doté d'une belle voix, il se fait rapidement remarquer par son timbre et chante, encore enfant, aux anniversaires et fêtes de village. A l'âge de douze ans, il participe grâce à Franck Fernandel à la comédie musicale La Légende des Santonniers ; cette expérience le convainc de poursuivre la chanson à un niveau professionnel et il tient ensuite un rôle dans un spectacle de l'opéra de Marseille, Au Jardin de l'enfance.

    Marseillais romantique

    Il enregistre plusieurs singles sur les conseils de sa famille et connaît, encore adolescent, une petite notoriété locale, s'affirmant dans un registre de chanteur romantique que son nom de scène (« Patrick Fleurs ») semble résumer. En 1986, il s'installe à Paris pour participer à une émission de télévision présentée par Jacques Martin, Les Habits du dimanche, consacrée à la promotion de jeunes artistes. Patrick Fiori reste sept semaines en lice, s'assurant un début de gloire parisienne ; il fait ensuite les premières parties du spectacle de Gilbert Montagné.

    Mais il lui faut ensuite attendre plusieurs années pour faire reparler de lui à l'échelon national : remportant en 1992 le concours de la chanson de Perpignan, il est sélectionné pour représenter l'année suivante la France au concours Eurovision de la Chanson. Interprétant le titre « Mama Corsica », composé par François Valéry, Patrick Fiori se classe quatrième. Malgré son résultat plus qu'honorable, le métier ne s'intéresse pas encore à lui et il est en est réduit à auto-produire son premier album, Puisque C'Est l'Heure. Le disque se diffuse lentement mais sûrement et il parvient à participer à de nouvelles émissions de télévision, comme La Chance aux chansons.

    Il est venu le temps des cathédrales

    En 1997, un casting lui permet d'être choisi par Luc Plamondon et Richard Cocciante, qui composent alors la distribution de leur comédie musicale Notre-Dame de Paris. Le physique de beau gosse de Patrick Fiori lui permet de décrocher le rôle de Phoebus : dans ce spectacle qui (re)lance dans l'Hexagone plusieurs vedettes françaises et québécoises (Garou, Hélène Ségara, Julie Zenatti, Daniel Lavoie...), Patrick Fiori tire joliment son épingle du jeu, dans un rôle qui lui pose cependant quelques problèmes tant il trouve le personnage antipathique.

    En 1998-99, la troupe du spectacle est littéralement incontournable dans les médias et la chanson « Belle », chantée par Patrick Fiori avec Garou et Daniel Lavoie, remporte un énorme succès. Le chanteur signe dans la foulée chez Tristar, enregistrant un single (« Elle est »), suivi d'un album (Prends-Moi) : le spectacle a contribué à relancer en France la mode de la chanson romantique et des interprètes à voix, ce dont Patrick profite à plein. Ladite mode se voit en outre gratifiée d'un couple-symbole, avec celui qu'il forme avec Lara Fabian à partir de 1998, tous deux s'étant rencontrés par l'entremise de leur producteur commun.

    Etiquetté « séducteur corse », Patrick Fiori devient la nouvelle idole du public féminin : il touche en outre les jeunes spectateurs en prêtant sa voix à des dessins animés (Mulan, Le Prince d'Egypte). Se payant le luxe de quitter en 2000 la troupe de Notre-Dame de Paris, il se consacre à sa carrière solo : le succès de la chanson « Que tu reviennes » (écrite par Calogero) contribue à celui de l'album Chrysalide, qui finit double Disque d'or. A la fin de l'année 2000, Patrick Fiori fait salle comble à l'Olympia ; il s'affirme dans le même temps comme compositeur, en signant le premier single de Julie Zenatti, « Si je m'en sors », puis plusieurs titres de Dans les Yeux d'un Autre, second album de la chanteuse, qui devient sa nouvelle compagne.

    En 2002 sort un album homonyme (Patrick Fiori.), avec lequel le brun ténébreux à la voix de velours entamer une collaboration avec Jean-Jacques Goldman, qui compose plusieurs titres pour lui.

    Le Prince de Corse

    Après avoir usé pendant plusieurs années de son répertoire de chanteur de charme, Patrick Fiori se renouvelle un peu en 2005 avec Si On Chantait Plus Fort, un album aux tonalités plus rock, auquel collaborent notamment Jean-Jacques Goldman, Julie Zenatti et Jean Kapler. Ne négligeant pas la nouvelle génération, Patrick Fiori compose également une chanson pour Grégory Lemarchal, « Le Lien », sur laquelle il interprète les ch?urs avec Julie Zenatti et qui figure sur l'album posthume du jeune chanteur.

    Poursuivant sur la lancée de sa fructueuse collaboration avec Jean-Jacques Goldman, le chanteur interprète avec lui et Christine Ricol le single « 4 mots sur un piano », qui remporte un grand succès à l'été 2007. Signe d'une carrière à flot, il sort fin 2007 son premier best-of, à moins de quarante ans.

    Né avec une vague de chanson néo-sentimentale dans le paysage musical français, Patrick Fiori a su se renouveler pour durer, jouant de son image de séducteur sympathique et sans affectation : bien entouré d'une solide équipe de musiciens et compositeurs, l'Arménien de Corse a su profiter d'une maturité professionnelle longuement acquise pour ne pas se révéler un chanteur jetable et conserver sa place dans le c?ur du public.

    De retour à l'automne 2010, Patrick Fiori signe la moitié des musiques de l'album L'Instinct Masculin. Outre ses collaborateurs réguliers (Ariane Quatrefages, Patrick Hampartzoumian, Lionel Florence), il crée deux titres de Jean-Jacques Goldman, « Peut-être que  peut-être » (premier single) et « Je viendrai te chercher », duo avec Johnny Hallyday.

    Copyright 2010 Music Story Nikita Malliarakis

    Ses passages à l’olympia

    samedi 03 novembre 2018 Il nous revient avec « Promesse » son dixième album entre tradition et modernité, pour lequel ...

    Médias

    L'Olympia est à vous

    Test