James Blake à L'Olympia

James Blake

Souhaitez-vous recevoir les alertes via Facebook Messenger ?

Ou

Via mail

    Abonnement confirmé.

    À propos

    Après le succès colossal de ses trois premiers albums, James Blake réussit une fois de plus à réinventer son processus artistique et produit le meilleur album de sa carrière jusqu’à présent.

    Le superbe Assume Form, sur le pouvoir de l’amour et des relations humaines, confirme sa réputation comme l’un des producteurs essentiels du monde de la musique, tout en démontrant sa capacité d’évoluer en tant qu’artiste solo.

    Le monde a d’abord découvert James Blake, membre fondateur du collectif derrière le label 1-800 Dinosaur, à travers son premier album éponyme en 2010. En 2013, il sortit son deuxième album, Overgrown, qui lui permis d’acquérir une légion de fans et une nomination cette année-là aux Grammys dans la catégorie Meilleur Nouvel Artiste. Son troisième album, The Colour in Anything, sorti en 2016, marqua une continuation vivifiante de son travail en faisant tomber les frontières entre la musique électronique, le R&B et la soul made in UK. Considéré comme l’un des performers les plus impressionnants de sa génération, il a joué dans de prestigieuses salles telles que le Syndey Opera House, Radio Music Hall et Glastonbury.

    Mais juste après la sortie de cet album et tout au long de la tournée mondiale qui a suivi, Blake a sombré dans un état dépressif. “Je pensais que j’avais trouvé le moyen de transformer toute cette anxièté et cette douleur en quelque chose de beau et que je serais bien dorénavant. Mais ce n’est pas ce qu’il s’est passé.”

    Il a décidé qu’il se focaliserait sur son travail de collaboration avec certains des artistes qu’il admire le plus. En 2016, il travaille avec Beyoncé et Frank Ocean, sur deux des albums les plus impactants dans l’industrie, respectivement Lemonade et Blonde. Par chance, le début de ce virage créatif coincide avec le commencement de sa guérison. “Si tout cela s’était produit durant la période précédente, je n’aurais pas pu vraiment le ressentir.” Dit-il. “J’ai pu commencé a avoir des petites lueurs d’appréciation et vraiment pu sentir ce qu’il se passait plutôt que de le vivre en étant complétement indifférent.” Par la suite, il travaille avec Jay Z sur son album 4:44 en 2017, puis avec Kendrick Lamar en 2018 sur Damn et la bande originale du film Black Panther, sur les morceaux “King’s Dead” et “Bloody Waters”.

    En 2018, il collabore avec Travis Scott sur son album Astroworld, la voix de Blake sur le morceau “Stop Trying To Be God” est un des temps fort de l’album salué par la critique, tant et si bien que le duo joué ce titre ensemble aux MTV Video Music Awards la même année.

    Travis Scott apparaît également sur Assume Form aux côtés d’autres superstars tels que Metro Boomin, André 3000, Moses Sumney et Rosalía. En tant qu’artiste britannique avec des racines dans tous les genres, James Blake a été incroyablement honoré de pouvoir contribuer autant à la culture R&B et hip-hop américaine. “Pour moi, de pouvoir participer à leurs albums et pour eux de contribuer au mien est un échange formidable.” Blake est un immense fan d’André 3000 et décrit l’éxpérience de créer avec lui comme “un privilège absolu”.

    “Barefoot In The Park” est un témoignage du chemin parcouru en tant que collaborateur.  Rosalía, une artiste catalane, participe à la chanson en apportant son savant mélange de flamenco moderne et de R&B. Après avoir découvert sa musique et l’ayant fait partagé à tous ses amis, Blake révèle que c’est elle qui l’a contacté pour qu’ils se retrouvent au studi ensemble. “[L’album] était dans ma tête” raconte-t-il. “Je me suis dit, oui, bien sûr je veux faire de la musique avec toi, tu plaisantes ?” Blake chante même quelques mots en espagnol – une première dans sa carrière- prouvant une fois de plus qu’il n’y a pas de limites à ses talents musicaux.

    Alors que ces collaborations ont ajouté de nouvelles dimensions à sa musique, l’impact le plus profond sur son nouveau travail a été sa relation avec l’actrice et activiste Jammela Jamil. “C’est difficile de décrire à quel Jameela est importante pour moi” dit-il. “Je pense que les autres personnes qui sont amoureux de quelqu’un comme je le suis d’elle ou qui ont trouvé quelqu’un qui leur apporte une paix intérieure vont s’identifier à cet album.” C’est elle qui est resté à ses côtés, durant cette période particulièrement sombre de sa vie, alors qu’il essayait de retrouver un certain équilibre à travers de meilleurs et “plus sobres” choix.

    L’album est un témoignage intense de leur jolie relation, sans pour autant ignorer les peurs surréalistes pour lesquelles Blake est plus connu. Sur le titre éponyme de l’album, il chante avec espoir sur son amour, “J’assumerai/ Je vais rester en dehors de ma tête cette fois-ci”. Plus tard, sur des samples de musique soul, il chante avec affection “Je n’arrive pas à croire à quel point ça coule entre nous”. Et sur le titre puissant “Power On”, il pose la question “As-tu déjà coexisté si facilement avec quelqu’un?”.

    “Mile High” et “Tell Them”, deux collaborations avec le producteur Metro Boomin dans lesquelles on retrouve également respectivement Travis Scott et Moses Sumney, attestent également de cette nouvelle tonalité et de la sophistication du son de cet album. Sur deux beats printanniers de Metro, les deux chanteurs et Blake chantent l’amour et ça ne ressemble à rien de ce que vous avez pu entendre auparavant. Scott a l’air particulièrement vulnérable et d’une fraicheur appréciée alors qu’il chante “Je suis tombée amoureux comme si c’était facile/ Je m’endors sans rêves.” De leur collaboration, Blake raconte “J’étais juste vraiment content qu’il fasse quelque chose d’aussi sensible. Ça montre vraiment son potentiel.”

    L’album se conlut avec “Lullaby for My Insomniac”, une ballade émouvante sur la dévotion de Blake laissant son coeur se dévoiler. Sa partenaire est agitée et ne peut pas dormir, alors il lui chante que si elle ne peut vraiment pas, il préfèrerait rester debout toute la nuit avec elle: “Je préfèrerais voir tout demain dans un flou si tu le vois aussi comme ça.”

    Comme Blake l’explique lui-même, cet album parle de l’un des plus grands accomplissements de sa vie – atteindre une certaine paix intérieure en étant la version de lui-même la plus authentique. “C’est un message auquel tout le monde peut s’identifier ces temps-ci, tout en étant intemporel.”

    Médias

    #LiveOlympia

    • Filtrez par
    • Suivez-nous sur

    L'Olympia est à vous

    Test