LAURENT GERRA

Le music-hall est la grande affaire de son métier d’imitateur hors-catégorie dont il est le meilleur grimpeur. De sa voix, il franchit des cols insoupçonnables. Il ne lui fallait qu’une dernière chose pour réaliser son rêve d’enfant : un big-band. Chose bien faite avec le grand orchestre de Fred Manoukian et ses 19 musiciens. On dit de Laurent Gerra qu’il est grivois mais la grivoiserie n’est pas donnée à tout le monde. Il faut y pénétrer en claquant la porte doucement. Elle suppose quelque raffinement, de la méthode, il faut ouvrir l’oreille du spectateur avec délicatesse, la délicatesse du médecin qui vous purge le conduit auditif d’un bouchon. Voilà tout un art pas grossier, libérateur, subtil. Gerra, le malfaisant, nettoie nos esprits obturés et nous décomplexe. Dès le début du spectacle, c’est bel et bien parti. Entrée à l’américaine, sous les cuivres. Gerra dans la peau d’Aznavour ouvre le bal des vampires de ce spectacle « qui n’a reçu aucune subvention de l’Etat ». Deux heures de destop. Les fidèles modèles politiques de l’imitateur défilent : Jack Lang, Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac, on en passe… Et les classiques : Céline Dion, Francis Cabrel, Etienne Daho, Jeanne Moreau, Alain Delon, Fabrice Luchini,… Une véritable lessiveuse, fanfare et grosse caisse, trombones et violons. Véritable chroniqueur des pestes de nos temps modernes, Gerra n’est pas dans la nostalgie, il est dans la générosité, dans ses légendes digérées : Léo Ferré, Charles Trenet, Yves Montand, Serge Reggiani, Henry Salvador, Georges Brassens, Gilbert Bécaud, Claude Nougaro ou encore Serge Gainsbourg.. . On y croit, on y est. Il flingue amicalement – au silencieux ! - la nouvelle génération, les Delerm, Biolay, autres... . Gerra au Palais des Sports de Paris ? On grimpe sur son char d’assaut. On desserre nos ceintures. Nous sommes en plein vol d’humour. En avant la zizique !


quand

du mardi 18 décembre au samedi 05 janvier 2013

résumé

Le music-hall est la grande affaire de son métier d’imitateur hors-catégorie dont il est le meilleur grimpeur. De sa voix, il franchit des cols insoupçonnables. Il ne lui fallait qu’une dernière chose pour réaliser son rêve d’enfant : un big-band. Chose bien faite avec le grand orchestre de Fred Manoukian et ses 19 musiciens. On dit de Laurent Gerra qu’il est grivois mais la grivoiserie n’est pas donnée à tout le monde. Il faut y pénétrer en claquant la porte doucement. Elle suppose quelque raffinement, de la méthode, il faut ouvrir l’oreille du spectateur avec délicatesse, la délicatesse du médecin qui vous purge le conduit auditif d’un bouchon. Voilà tout un art pas grossier, libérateur, subtil. Gerra, le malfaisant, nettoie nos esprits obturés et nous décomplexe. Dès le début du spectacle, c’est bel et bien parti. Entrée à l’américaine, sous les cuivres. Gerra dans la peau d’Aznavour ouvre le bal des vampires de ce spectacle « qui n’a reçu aucune subvention de l’Etat ». Deux heures de destop. Les fidèles modèles politiques de l’imitateur défilent : Jack Lang, Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac, on en passe… Et les classiques : Céline Dion, Francis Cabrel, Etienne Daho, Jeanne Moreau, Alain Delon, Fabrice Luchini,… Une véritable lessiveuse, fanfare et grosse caisse, trombones et violons. Véritable chroniqueur des pestes de nos temps modernes, Gerra n’est pas dans la nostalgie, il est dans la générosité, dans ses légendes digérées : Léo Ferré, Charles Trenet, Yves Montand, Serge Reggiani, Henry Salvador, Georges Brassens, Gilbert Bécaud, Claude Nougaro ou encore Serge Gainsbourg.. . On y croit, on y est. Il flingue amicalement – au silencieux ! - la nouvelle génération, les Delerm, Biolay, autres... En avant la zizique !


LAURENT GERRA

LAURENT GERRA

du vendredi 29 novembre au samedi 21 décembre 2013

résumé

Après une année de tournée triomphale, Laurent Gerra sera à L'Olympia du 29 novembre au 21 décembre , toujours accompagné par le grand orchestre de Frederic Manoukian.


Imitations, medley et parodies de chansons , Laurent Gerra présente un spectacle dans la grande tradition du music -hall. Son esprit satirique et sa lecture décalée de l'actualité en font depuis plus de 20 ans « l'humoriste préféré » des Français .


Il repartira en tournée au Printemps 2014, et sera pour la première fois au Théâtre du Châtelet.

LAURENT GERRA