WEEZER

Résumé

Avec 25 ans de carrière et 10 albums à son actif, la renommée de Weezer n’est plus à faire. Influencé par The Pixies et The Beach Boys, le groupe originaire de Los Angeles se fait remarquer avec un premier album éponyme, également connu sous le nom de The Blue Album, qui s’inscrit dans la vague Post-Grunge du milieu des années 90.

Au fil des années, Weezer a su se démarquer notamment par la créativité dont le groupe fait preuve dans ses clips vidéo. Il n’a pas hésité à s’associer au réalisateur Spike Jonze pour les clips de « Undone (The Sweater Song) » et « Buddy Holly », deux hits qui les propulsent alors dans la cour des grands. Le clip de « Porks & Beans », chanson issue de Weezer/The Red Album, a marqué la fin des années 2000 en incluant personnalités et vidéos virales de l’époque.

Marquée par plusieurs hiatus, la carrière du groupe n’a pas toujours été un long fleuve tranquille mais les Californiens ont toujours su rebondir et se renouveler, passant de la Pop à du Modern Rock pour revenir à un son plus Alternatif Rock sur leur 10ème album, Weezer/The White Album, sorti en avril 2016.

Retrouvez Weezer en concert à l’Olympia de Paris le 19 octobre 2017


WEEZER

jeudi 19 octobre 2017 20h00

information sur les modes de réservation

Au guichet

Olympia Bruno Coquatrix

28, boulevard des Capucines

75009 PARIS -
Du lundi au samedi, de 12h à 14h et de 17h à 21h30
Le dimanche et les jours fériés, 2h avant le spectacle

Par téléphone

08.92.68.33.68

0,34 €/min

de 10h à 18h en semaine et de 14h à 18h le WE

Fauteuil roulant

Réservation par téléphone uniquement


Weezer se forme le 14 février 1992 à Los Angeles (Californie), sous l'impulsion du chanteur et guitariste Rivers Cuomo (né le 13 juin 1970 à New York), du bassiste Matt Sharp (né le 22 septembre 1969 à Bangkok en Thaïlande), et du batteur Patrick Wilson (né le 1er février 1969 à Buffalo, New York). 

Rivers Cuomo fut élevé dans le Connecticut avant de s'installer à Los Angeles en 1989, dans le but de poursuivre ses études. C'est à cette époque là que, bercé par la musique du groupe power pop Cheap Trick, de Pixies et de Nirvana, il s'engage dans plusieurs groupes de metal et de pop, puis décide de former son propre groupe Weezer.

commencera par des petits concerts dans le milieu étudiant. Le bouche à oreille fonctionne vite et bien. Un ponte du milieu rock, Ric Ocasek, ancien leader de The Cars, repère le groupe, et, persuadé de son potentiel, les pousse à signer en maison de disques. En juin 1993, le label Geffen leur propose d'enregistrer un premier album, produit par le même Ric Ocasek.

Quelques jours avant de rentrer en studio, Rivers Cuomo enrôle un guitariste supplémentaire pour remplacer Jason Cropper(guitariste intérimaire) répondant au nom de Brian Bell (né le 9 décembre 1968 à Kansas City, Kansas).  

Premier disque, premier carton

 Le 10 mai 1994 paraît leur premier album, intitulé Weezer. Les titres « Say It Ain't So » (dont le clip passe en boucle sur MTV), « Buddy Holly », « Undone - The Sweater Song » (tous deux réalisés par Spike Jonze) et « In The Garage » font un véritable carton sur les campus universitaires, puis dans les radios nationales. Le clip de « Buddy Holly », qui met le groupe en scène dans une reconstitution de la série télévisée Happy Days, fait le tour du monde et contribue fortement au capital sympathie que l'on prête déjà au groupe.  

Rivers Cuomo, un être singulier...

 Alors que Weezer connaît un succès inespéré (trois millions de copies de son premier opus seront vendues en quelques mois), Rivers Cuomo décide, à l'été 1995, de reprendre les cours universitaires et s'inscrit à Harvard... Devant cette incompréhension, Matt Sharp et Patrick Wilson décident de profiter de cette parenthèse inattendue pour former un autre groupe, The Rentals.

Cette formation noisy-pop connaîtra un gros succès au début 1996, notamment grâce au single « Friend of P. ». Rivers Cuomo avouera plus tard que ces quelques mois entre 1995 et 1996 furent une période paradoxalement très sombre de sa vie. Panne totale d'inspiration (il s'essaie alors à ce moment là à l'écriture d'un « opéra rock sur le thème de l'espace »...(sic)), problèmes relationnels, volonté d'isolement seront le quotidien de Rivers Cuomo, avant qu'il ne décide, au printemps 1996, de revenir à Weezer. Et d'enregistrer un deuxième album.

Pinkerton ou le disque incompris

Le 24 septembre 1996 paraît donc Pinkerton, le deuxième album de Weezer. Plus sombre et moins cohérent que son prédécesseur, ce disque tire son nom de l'opéra de Puccini, Madame Butterfly. Plus tard, Rivers Cuomo lui-même ira jusqu'à confesser qu'il a honte de cet album, le considérant comme une « erreur douloureuse s'étant produite devant des centaines de milliers de personnes ». Le magazine Rolling Stone, à l'époque, est bien d'accord avec ce jugement puisqu'il classe Pinkerton parmi les pires albums de l'année 1996...

Mais ce que l'on peut quasiment appeler « l'affaire Pinkerton » est finalement assez insolite. En effet, c'est quelques années après, vers l'année 2000, que les critiques (puis le public) réhabiliteront Pinkerton. Pourquoi ? Certainement parce que ce disque est devenu avec le recul une sorte d'OVNI musical incompréhensible (donc très cool !) perdu dans l'Histoire du rock. Il faudra donc attendre la sortie de troisième album de Weezer, (appelé le Green Album) en 2001 pour que l'on se penche à nouveau sur Pinkerton.

Après la traversée du désert, la gloire...

 Entre la tournée Pinkerton de 1997 et la parution de ce qu'il est admis d'appeler le Green Album (de sa pochette verte...), c'est le silence radio chez Weezer. Rivers Cuomo semble être vaguement retourné potasser ses bouquins, tandis que ses acolytes se consacrent à leurs projets parallèles. A la sortie de ce troisième album en mai 2001, on découvre un nouveau bassiste, Mikey Welsh. Celui-ci, dont les rumeurs affirment qu'il a finalement été interné en hôpital psychiatrique, sera remplacé l'année suivante par Scott Shriner.

Le Green Album connaît un gros succès radio grâce aux chansons « Island in the Sun », « Hash Pipe » et « Photograph ». Produit par Ric Ocasek, tout comme le premier album, ce disque se place dès la première semaine numéro 4 du Billboard américain. 

Weezer souhaite poursuivre sur sa lancée et sort son quatrième album, intitulé Maladroit, le 14 mai 2002. Produit par Weezer, cet album, plus punk, connaît un honorable succès critique et public. Le titre « Keep Fishin' » est envoyé aux radios qui le passent sans rechigner et en font un tube. C'est trois ans plus tard, en mai 2005, que sort le cinquième album de Weezer, Make Believe. Produit en partie par Rick Rubin (Red Hot Chili Peppers, Public Enemy, Beastie Boys), Make Believe est lancé grâce au single « Beverly Hills » et jouit alors d'un succès commercial à peu près identique au précèdent.

2008 : après le bleu et le vert... le rouge

Toujours en 2005, le groupe part en tournée avec Pixies, qui se sont reformés pour une tournée lucrative. A ce moment là, Rivers Cuomo, émigré au Japon avec sa femme, laisse planer le doute sur l'avenir de Weezer. Finalement, le groupe revient en grande pompe au mois de juin 2008.  Ce sixième album ne porte pas de nom, mais cette fois-ci, la couleur de la pochette est rouge, ce qui lui vaudra évidemment le sobriquet de Red Album. Le single « Pork and Beans », dont le clip cartonne sur toutes les plateformes vidéo sur le Net, entre à la deuxième place des charts américains.

Le succès critique est au rendez-vous. Après les relatives parenthèses médiatiques de Maladroit et Make Believe, Weezer revient véritablement au premier plan.  Tranquillisé par ce succès, Rivers Cuomo profite alors de sa créativité bouillonnante et de sa popularité pour s'atteler à son nouveau projet d'album solo intitulé Alone II: The Home Recordings of Rivers Cuomo. Celui-ci sort en novembre 2008 et fait suite à Alone : The Home Recordings of Rivers Cuomo, paru un an plus tôt.

En 2010, Rivers Cuomo remet le groupe en activité. Et comme il ne fait rien comme les autres, il signe Weezer sur le label indépendant Epitaph après dix années passées chez la major Island/Universal. Ce renouveau est l'occasion d'enregistrer un huitième album baptisé Hurley, associant cascades de riffs et mélodies pop. Curieusement, un héros de la série Lost orne la pochette.

Copyright 2010 Music Story Arnaud de Vaubicourt