sapho en concert à l'olympia paris

SAPHO

Souhaitez-vous recevoir les alertes via Facebook Messenger ?

Ou

Via mail

    Abonnement confirmé.

    À propos

    Danielle Ebguy voit le jour le 10 janvier 1950 à Marrakech, alors protectorat français, dans une famille de la haute société séfarade du futur royaume chérifien. Issue d’un milieu particulièrement cultivé, la jeune femme apprend les rudiments du chant et du théâtre, hésitant entre ces deux carrières.

    Finalement, elle choisira la première (sans pour autant renier totalement la seconde, d’ailleurs) et monte à Paris, alors capitale coloniale pour y suivre les cours d’Antoine Vitez avant de rejoindre le Petit Conservatoire de Mireille, premier télé-crochet radio-diffusé et indirectement ancêtre de Star Academy.

    Si elle paraît en public sous le pseudonyme de Bergamote (une soi-disant chanteuse québécoise au concept oscillant entre le canular et le faux nez), c’est très vite sous l’identité de Sapho (qu’elle tire bien évidemment de la célèbre poétesse de l’île de Lesbos) qu’elle entame réellement sa carrière, marquée par la contre-culture dans un premier temps, signant notamment la bande sonore du film de Françoise Sagan, Les Fougères Bleues.

    Devenue intime de « la » Sagan et de ses soirées mondaines, Sapho commence à mettre les pieds dans le domaine de la contre-culture ; elle considère Janis Joplin comme l’aboutissement précocement disparu. Pigiste occasionnelle pour Actuel, le magazine urbain et décalé de Jean-François Bizot, elle part pour un reportage sur la scène punk new-yorkaise en 1977.

    Sapho le détour



    Revenue transfigurée de la Big Apple, Sapho enregistre un album très rock, Le Balayeur du Rex qui fait très vite d’elle une égérie punk et une habituée des soirées du Palace.

    La période qui s’ensuit est plus chaotique car si l’artiste rend hommage à Joplin aux travers de quatre albums, Janis (1980), Le Paris Stupide (1980), Passage d’Enfer (1982) et Barbarie (1984), la nécessité de travailler pour payer le loyer lui fait rejoindre un groupe aussi enragé que ... hem... La Bande à Basile où, grimée en Colombine, elle pose ses deux pieds en canard, car La Chenille démarre.

    Heureusement pour sa carrière personnelle, le succès de son premier roman, Douce violence, est l’oxymore salvateur qui lui permet de prendre du champ avec le contexte pouet-pouet de La Bande à Basile et la chanteuse devient alors furieusement tendance tout en conservant un petit côté marginal qui la fait alors rentrer dans le petit cercle des chanteurs post-punk comme Les Rita Mitsouko ou Armande Altaï.

    Sous la coupole
    , un second livre, d’illustrations cette fois, fait d’elle une habituée des rentrées littéraires et Passions passons, un nouvel album sorti en 1985, lui permet de renouer avec le domaine de la chanson.



    Marrakchi mariachi




    S’éloignant du rock pour adopter un style plus world, Sapho part pour l’Amérique du Sud pour enregistrer El Sol Y La Luna, après que soit sorti son roman Ils préféraient la lune. Une double sortie consacrée au thème de l’astre sélénite qui s’accompagne d’un changement d’orientation.

    À l’écriture jusqu’alors un peu trash et connotée urbaine succède un style plus nuancé, plus intimiste et marqué par les sons africains ou sud-américains. La petite punkette du caniveau parisien n’est plus et, désormais, la voix de Sapho est internationale.

    Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si cette époque commence à la voir revenir vers son patrimoine musical d’origine : la musique nord-Africaine. Si elle était d’ores et déjà l’auteur d’un « Marrakech » sur Passions passons, l’album qui suit, La Traversée du Désir montre ses influences orientales via, notamment, l’adaptation en chansons d’« Ala... », un poème de l’auteur palestinien Mahmoud Darwich.

    Si le succès est confidentiel, il n’en est pas moins sincère et la Sapho nouvelle, renouant avec ses racines, s’impose comme l’une des meilleures chanteuses de chants typiquement marrakchis.



    Vers l’Orient




    Après quelques années sabbatiques, Sapho revient sur le devant de la scène nantie d’un look plus sobre et d’un répertoire classique. En 1995, sortent coup sur coup l’album El Atlal/Hommage à Oum Khalsoum et le roman Patio, opéra intime. Souhaitant faire de cet album un symbole de paix au Moyen-Orient, elle organise une session d’enregistrement à Jérusalem avec des musiciens juifs et arabes mais, bien évidemment, ce geste de réconciliation reste un symbole en l’air.

    L’année suivante, Jardin Andalou la voit se tourner vers un patrimoine arabo-espagnol pour lequel elle collabore avec l’ancien membre de Malicorne, Hugues de Courson.

    Digital Sheikha
    , enregistré pour partie à New York en 1997, mixe des chants traditionnels d’Afrique du Nord avec des sonorités electro. Toujours découvreuse et aventurière, Sapho ne se cantonne pas à ce qu’elle sait faire de mieux et continue de sortir une production littéraire constante, même si l’on peut lui reprocher quelques petites baisses de qualité en fonction des romans.



    Sapho l’heure de Bagdad




    Orients
    est une seconde tentative de rapprochement israélo-palestinien et, en dépit de la note d’intention, c’est un échec. L’album est bon, mais l’enregistrement par un chœur composé à la fois d’Israéliens et de Palestiniens n’est qu’un bon sentiment fugace et sans lendemain en dépit d’une prestation saluée par la critique locale.

    L’expérience, toutefois, la persuade de continuer à explorer les sons orientaux, berbères et arabisants, ce qu’elle fait en 1999 avec La Route Nue des Hirondelles, qui précède de quelques semaines la sortie d’un autre roman plus qu’autobiographique, Beaucoup autour de rien qui évoque, entre autres, sa jeunesse marakkchi.

    L’âge avançant, l’ex-chanteuse excentrique s’est assagie et regarde le passé avec une certaine nostalgie au parfum sucré. Conçue comme un véritable spectacle lyrique, la tournée qui suit la sortie de la route nue des hirondelles la mène en Europe francophone, mais aussi dans son pays natal où le public lui fait un triomphe.

    L’année suivante, elle participe à un festival organisé par la Maison de la Poésie de Paris rendant hommage à Baudelaire, Garcia Lorca, Michaud et Rilke. Sa voix particulière s’associe avec brio à cet exercice de récitation qui la mène aux quatre coins de la France pendant une année. Allemagne, Pays-Bas, Québec, Mauritanie, Sénégal, Israël ou Irak, Sapho est très demandée au cours des deux années suivantes, collaborant avec Cheb Mami ou Jane Birkin lors de certains événements culturels.



    Ferré flamenco




    Bien décidée à relever un nouveau défi artistique, la chanteuse s’attaque au patrimoine de Léo Ferré, mais un Ferré hispanisant, revu version flamenco et musique tzigane. Si l’album Ferré Flamenco (2006) reprend quelques grands morceaux du célèbre anar, Sapho en profite pour glisser quelques interprétations personnelles de textes de Verlaine ou Rimbaud auxquels Ferré, en son temps, avait lui aussi rendu hommage.

    Quelques dates au Liban ou en Europe de l’Est entament un nouveau show-tour pour l’artiste avant que celle-ci n’entame la composition d’Universelle, sorti en 2008 qui mêle musiques du Maghreb, d’Andalousie, folklore tzigane, rock et, pour la première fois, reggae.

    Un titre qui colle parfaitement au contenu, donc. À nouveau en tournée, la plus occidentale des orientales fait continue à bondir d’une rive à l’autre de la Méditerranée, toujours avec la même grâce.

    Copyright 2010 Music Story Benjamin D'Alguerre

    Ses passages à l’olympia

    #LiveOlympia

    • Filtrez par

    Blog Olympia

    L'Olympia

    Blog Olympia

    .@the_pirouettes, l’une des figures les plus attachantes de la pop hexagonale d’aujourd’hui, sera à L'Olympia le 29 novembre 2018 💑 🎟️ Bill ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    #LiveOlympia : @NoelGallagher ● 18h30 : ouverture des portes ● 20h00 : @BlossomsBand ● 21h10 : Noel Gallagher's High Flying Birds Bon con ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    #OlympiaPool Avec ses 40 mètres de long et ses 6 mètres de large, la galerie rouge de L'Olympia se transformera en piscine pour vous accueil ...

    • Suivez-nous sur

    L'Olympia est à vous

    Test