PUBLIC IMAGE LIMITED

PUBLIC IMAGE LIMITED

Souhaitez-vous recevoir les alertes via Facebook Messenger ?

Ou

Via mail

    Abonnement confirmé.

    À propos

    Public Image Limited, alias P.I.L. se forme alors que les Sex Pistols viennent à peine de rendre l'âme. Johnny Rotten redevient John Lydon et recrute Keith Levene (guitare), Jah Wobble (basse) et Jim Walker (batterie).

    Le quatuor sort un premier single « Public Image », enveloppé dans un papier journal. Il est suivi de le déroutant First Issue (décembre 1978), album fondateur du post-punk par son principal acteur.

    En 1979 sort Metal Box, un coffret de trois maxis vinyles insérés dans une bôite de pellicule de cinéma. Les Etats-Unis ont droit à un double vinyle paru sous le nom Second Edition. Le son y est toujours lourd, la basse profonde et le chant de Lydon aussi vindicatif. Paris au Printemps suit en 1980, puis Flowers of Romance, sans Wobble (Walker étant parti après le premier album) mais avec des recrues extérieures. Ce franc succès (n°11 anglais) achève la période expérimentale de P.I.L.

    P.I.L. enchaîne avec le tube « This Is Not a Love Song », n°5 en 1983. Lydon est le seul survivant du groupe quand sort le double Live in Tokyo la même année. En 1984, This Is What You Want...This Is What You Get lorgne sur un rock dansant, confirmé par le conceptuel Album (dénommé Cassette ou Compact Disc selon le format, 1986) et son hit « Rise ». Le batteur Ginger Baker (ex Cream) y fait une apparition.

    En 1987, Happy? puis 9 (1989) sonnent le déclin de P.I.L. qui publie la compilation Greatest Hits, So Far (1990) et le terminal That What Is Not en 1991. John Lydon s'exile aux Etats-Unis et collabore à « World Destruction » avec Afrika Bambataa.

    Copyright 2010 Music Story Loïc Picaud

    L'Olympia est à vous

    Test