Bienvenue sur le nouveau site de L’Olympia version Bêta. Revenez régulièrement découvrir nos nouveautés.

Fermer
PRIMAL SCREAM CORIDA

PRIMAL SCREAM CORIDA

Souhaitez-vous recevoir les alertes via Facebook Messenger ?

Ou

Via mail

    Abonnement confirmé.

    À propos

    Bobby Gillepsie vient de Glasgow, ville sombre, au déclin inéluctable. A la fin des années 70, le chômage monte vite, aiguisé par la concurrence étrangère. Dans ce marasme pré-thatchérien, le jeune Gillepsie reçoit de son père des idéaux socialistes et découvre, dans le même élan, le mouvement punk auquel il adhère rapidement. Il tente ainsi de fonder de nombreux petits groupes avec ses amis de Glasgow. Sans grand succès, jusqu’à ce qu’il soit appelé au chevet d’un groupe qui allait rapidement devenir très important en Grande-Bretagne, The Jesus And Mary Chain. Il en devient le batteur en 1984. Mais Bobby Gillepsie va prendre la tangente de ce groupe. Au lieu du rock éthéré et gothique des Jesus And Mary Chain, il va choisir de se consacrer à une musique beaucoup plus naïve, celle du rock des sixties. Il fonde pour cela un autre groupe avec son ami Jim Beattie. Il en devient le chanteur attitré et baptise le groupe Primal Scream. Signés en 1985 sur le jeune label Creation, ils réalisent plusieurs singles mineurs. Le groupe ne décollera vraiment qu’en 1986 quand Bobby Gillepsie laisse définitivement tomber The Jesus And Mary Chain. Dans le même élan, les guitaristes Andrew Innes et Robert Young rejoignent le band. Un de leurs morceaux, « Velocity Girl », se retrouve sur la fameuse compilation C86 qui définît au milieu des années 80 la tenue de la scène indie pop anglaise.

    C’est en 1987 que sort le premier vrai album des Primal Scream, Sonic Flower Groove, qui s’inscrit dans la ligne droite de C86. Un premier essai qui n’enthousiasme pas les critiques anglaises. Leur second album, Primal Scream, deux ans plus tard, est encore plus marqué par les influences du passé. On y retrouve les riffs boostés aux amphéts des Stooges et le rock brut des Rolling Stones. Alors que les Primal Scream font un début de carrière honorable sans être extraordinaire, une inspiration géniale de Bobby Gillepsie va faire tout basculer. Sentant la planète musicale chavirer, l’Ecossais décide de confier une chanson du LP Primal Scream à un ami DJ, Andrew Weatherall. « I’m Losing More That I’ll Never Have » est complètement transfigurée par une rythmique dub qui vient en surimpression de l’instrumentation originale, le tout rehaussé par quelques samples bien choisis. La nouvelle version s’appelle « Loaded » et fait très forte impression. Les charts sont conquis, le rock et la techno réconciliés. Symboliquement, le coup porté au bon vieux rock est colossal.

    Sur cette brillante lancée, Primal Scream sort son chef d’œuvre, Screamadelica. Des années plus tard, Bobby Gillepsie déclarera à un journaliste : « Si le premier Primal Scream était acid et le second speed, la troisième phase fût « E. », E. comme ecstasy bien sûr, la nouvelle drogue en vogue dans les milieux underground. Une drogue qui inspira aussi le Technique de New Order quelques années plus tôt. « Come Together » , le premier single de Screamadelica confirme la tendance entrevue dans les boucles hallucinées de «Loaded» : Primal Scream a posé les bases d’un nouveau psychédélisme qui fait entrer la techno, l’acid house et le dub dans la pop music. Les critiques sont dithyrambiques et les années 90 britanniques s’ouvrent sur ce précédent.

    L’après-Screamadelica est plus difficile que prévu. Alors que tout le monde attend avec impatience un nouvel album dans la même lignée que le précédent, Primal Scream fait son retour en 1994 avec un Give Out But Don’t Give Up qui surprend le public. En effet, les Ecossais reviennent à une formule beaucoup plus traditionnelle, inspirée par le hard rock des années 70. L’album est un relatif échec commercial. Frappé mais pas sonné, le groupe réagit en 1996 avec la bande-son de Trainspotting pour laquelle ils retrouvent une partie de leur réputation de défricheurs musicaux.

    Pour Vanishing Point en 1997, Bobby Gillespsie cherche à retrouver le lustre passé et rappelle à la barre Andrew Weatherall. Le DJ parvient à ressusciter l’esprit de Primal Scream et les critiques sont de nouveau favorables. A l’heure de passer le cap du XXIème siècle, le groupe reste une référence unanimement saluée. En 2000 sort le destructeur XTRMNTR qui se veut une vision de l’apocalypse urbaine en mixant hip-hop, trance et funk sombre. Evil Heat en 2002 est leur dernier effort à ce jour.

    Copyright 2010 Music Story Vincent Glad

    Ses passages à l’olympia

    #LiveOlympia

    • Filtrez par

    Blog Olympia

    L'Olympia

    Blog Olympia

    Un concert exceptionnel pour #AgirEnScène et dire #StopPauvreté, ça vous dit ? Alors réservez vite vos places ! https://t.co/dtkH5rEvF9 ht ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    J-3🎤Belles dernières répéts @vincentniclo🎤On se retrouve encore #EntreToiEtNous pr ton concert #EntreVousEtMoi à @OLYMPIAHALL🎤Ce sera GÉANT💗 ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    J-5 avant de voir la vie en rose à @OLYMPIAHALL avec @vincentniclo et la Family ! Le bonheur quoi !!! https://t.co/a3RQuL9RqC

    L'Olympia

    Blog Olympia

    #LiveReport @SylvieVartan, merveilleuse, à l'@OlympiaHall : https://t.co/Gcpd3jlTJo. Chronique, photos & vidéos ❤️ #ForeverSylvie https: ...

    • Suivez-nous sur

    Vous aimerez aussi

    L'Olympia est à vous

    Test