Bienvenue sur le nouveau site de L’Olympia version Bêta. Revenez régulièrement découvrir nos nouveautés.

Fermer
PLATTERS

PLATTERS

Souhaitez-vous recevoir les alertes via Facebook Messenger ?

Ou

Via mail

    Abonnement confirmé.

    À propos

    Dans les années 50, la vogue est aux groupes vocaux, dérivés du gospel. Les Platters se rencontrent, selon la légende, en lavant des voitures dans un parking de Los Angeles. Quatre garçons aux voix de velours, au swing complémentaire. Comme beaucoup d'autres, ils tentent leur chance, et, comme pour beaucoup d'autres, c'est la rencontre avec un imprésario (en 1953) qui fera la différence : un certain Buck Ram, qui, outre ses talents de businessman, s'avère être également un auteur-compositeur de génie. Ram commence par leur trouver un contrat discographique, puis décide de procéder à quelques remaniements. C'est ainsi qu'Alex Hodge cède la place à Paul Robi et qu'intervient, en supplément, une voix féminine : Zola Taylor. Deux ans et de nombreux concerts plus tard, le travail de Buck Ram porte ses fruits : son Only You (1955), interprété par les Platters, est n° 1 des ventes de disques américaines. Et les titres suivants (The Great Pretender, Twilight Time, My Prayer, Sixteen Tons...), écrits ou coécrits par Ram, font tous mouche.
    Du hit-parade à la rubrique des faits divers. C'est durant l'été 1956, et grâce au film Rock Around The Clock, que la France succombera à son tour : il n'y aura plus de surprise-partie sans disque des Platters.
    De chansons interprétées quasiment a capella en morceaux plus arrangés, mais toujours avec sobriété, le groupe impose sa différence (des tonalités plus proches du rock'n'roll naissant que du gospel classique) et son point fort : la voix haut perchée et superbe de Tony Williams. Ce dernier quitte pourtant le groupe en 1961 pour entamer une carrière solo. Les Platters, minés par quelques scandales sordides relevant de la rubrique des faits divers, tentent néanmoins de continuer. Avec un nouveau chanteur, Sony Turner, et une formation remaniée (seuls restent des débuts David Lynch et Herb Reed), ils reviennent brièvement sur le devant de la scène en 1966 (« I Love You 1 000 Times » et « With The Ring »), puis se contentent d'écumer les cabarets, sans jamais renouer avec les fastes d'antan.

    ©

    Copyright 2010 Music Story

    Ses passages à l’olympia

    #LiveOlympia

    • Filtrez par

    Blog Olympia

    L'Olympia

    Blog Olympia

    Un concert exceptionnel pour #AgirEnScène et dire #StopPauvreté, ça vous dit ? Alors réservez vite vos places ! https://t.co/dtkH5rEvF9 ht ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    J-3🎤Belles dernières répéts @vincentniclo🎤On se retrouve encore #EntreToiEtNous pr ton concert #EntreVousEtMoi à @OLYMPIAHALL🎤Ce sera GÉANT💗 ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    J-5 avant de voir la vie en rose à @OLYMPIAHALL avec @vincentniclo et la Family ! Le bonheur quoi !!! https://t.co/a3RQuL9RqC

    L'Olympia

    Blog Olympia

    #LiveReport @SylvieVartan, merveilleuse, à l'@OlympiaHall : https://t.co/Gcpd3jlTJo. Chronique, photos & vidéos ❤️ #ForeverSylvie https: ...

    • Suivez-nous sur

    Vous aimerez aussi

    L'Olympia est à vous

    Test