Bienvenue sur le nouveau site de L’Olympia version Bêta. Revenez régulièrement découvrir nos nouveautés.

Fermer
Miles Kane en concert à L'Olympia

MILES KANE

Souhaitez-vous recevoir les alertes via Facebook Messenger ?

Ou

Via mail

    Abonnement confirmé.

    À propos

    Costume soigné et coupe à la McCartney jeune, Miles Kane a des idées intelligemment simples sur son premier album solo.

    "Quand tu es dans un groupe avec tes meilleurs potes, comme c'était mon cas, tu as ton équipe," explique l'ancien leader de The Rascals et le complice d'écriture et de chant d'Alex Turner dans The Last Shadow Puppets. "Même dans les Puppets je suis avec Al et c'est mon partenaire. Mais faire ceci, au début c'était un peu intimidant – le fait que ce soit toi qui fasse tout, qui dicte ta loi, qui décide en fait. Tu ne rebondis sur personne. Il m'a fallu un moment pour m'y habituer", admet-il.

    A l'automne dernier, le natif de Liverpool, âgé de 24 ans – moitié gentil garçon, moitié feu d'artifice plein de charisme, à l'étoffe de star immédiatement sympathique, et déjà leader fascinant et chevronné d'un groupe – est entré dans les fameux studios Konk de The Kinks dans le nord de Londres. Il était accompagné de Gruff Rhys des Super Furry Animals. Ensemble, ils ont rapidement écrit et enregistré quatre titres, dont le blues sombre et agité de Kingcrawler.

    Au cours des mois suivants, Kane allait échanger des services musicaux avec Noel Gallagher, travailler avec Dan The Automator à San Francisco pour donner à ses titres rythmés un relent hip hop, inviter Jeanne d’Arc à chanter, rendre hommage à John Lennon, chanter les louanges de Marc Bolan, tenter d'évoquer le souvenir de Serge Gainsbourg, et s'en sortir avec un peu d'aide de son meilleur ami. Et, avant tout, être lui-même, cet esprit vif, pétillant et furieusement talentueux.

    Aujourd'hui, un an plus tard, Kane a achevé son superbe album fuzz-rock-brut, beat-pop-brillant. Et son trac s'est calmé.

    "Dire que je me suis 'trouvé' serait un peu extrême", dit-il dans un sourire. "Mais c'était cette idée de découvrir qui tu es et de le montrer dans tes chansons – et je pense que le disque montre ça. C'était vraiment génial de faire ces quatre premiers titres", ajoute l'étincelant gars de Wirral. "Et je me suis installé dans ce que je suis maintenant, et je commence à faire mon truc et à parler de toutes les chansons – en fait, je vis mon rêve".

    A l'âge de 18 ans, Kane était membre de The Little Flames. En 2007, des cendres de ce groupe il fait naître The Rascals. Il rencontre Alex Turner pour la première fois quand The Rascals assure la première partie du groupe de Sheffield la même année. Il passe presque tout 2008 à jouer et tourner avec le leader d'Arctic Monkeys en tant que The Last Shadow Puppets, pour soutenir leur album, The Age Of The Understatement, nominé pour le prix Mercury.

    Collaborer avec Rhys, qui assure les chœurs sur l'album, a été le point de départ parfait pour les désirs solo de Kane. "Je ne peux dire tout le bien que je pense de lui. C'est un vrai diamant."

    Après les sessions Konk exploratoires, Kane s'est enfermé avec le producteur Dan Carey (Franz Ferdinand, Hot Chip) à Streatham, dans le sud de Londres, pendant quatre semaines. Il a ensuite mis le cap sur San Francisco direction le studio de Dan The Automator. L'homme qui avait travaillé avec Gorillaz et Kasabian l'a aidé avec la production sur le R&B/funk leste et délié des Sixties de Come Closer, le titre contagieux et explosif Rearrange, le groove psychédélique de Counting Down The Days et l'ultra-pop bondissant de Quicksand.

    Better Left Invisible ouvre sur une amorce directe et résolue du riff de Cold Turkey. Miles Kane est trop honnête pour faire comme tous les arrivistes amateurs de Beatles et tenter une reproduction pâle et sournoise de l'or des Fab Four. Son enthousiasme est franc et courageux. Notamment parce qu'il a les qualités d'écriture qui lui permettent de prendre l'un des riffs les plus connus de tous les temps et de composer une chanson toute nouvelle sur ces fondements. Il est également trop honnête pour s'attribuer tout le mérite de la chanson : Alex Turner, son meilleur ami, l'a aidé avec les paroles, comme il l'a fait aussi sur deux ou trois autres chansons ; Turner et Kane ont également collaboré sur la musique et les paroles de Telepathy.

    La contribution de Noel Gallagher à My Fantasy, un clin d'œil moderne exaltant à T-Rex, a été enregistrée à Londres en septembre dernier. Cela est arrivé après que l'aîné de Manchester avait demandé à Kane de jouer sur son premier album post-Oasis.

    "Alors que j'étais dans le studio je passais pour Noel les mix moniteur de mes chansons et il m'a dit qu'il adorait My Fantasy. Et quand nous avons commencé à mixer, j'allais m'occuper de mes propres harmonies et j'ai envoyé un sms à Noel : 'ça te dirait de faire les harmonies pour ce titre que tu aimais? Ça pourrait être la cerise sur le gâteau'. Il m'a juste répondu : 'la cerise, c'est ce que je fais super bien!' Donc il est venu et on s'est éclaté un après-midi".

    The Colour of the Trap est une des premières chansons écrites pour l'album. "La mélodie avait un côté un peu Spanish Harlem de Ben E. King, mais je ne voulais pas qu'elle soit trop cliché et rapide. Et comme j'étais sur ce vibe Lennon, nous l'avons faite comme Mother, vraiment lentement. Et l'idée de 'colour of the trap'(la couleur du piège) – je ne me rappelle même pas d'où est venue cette phrase mais vous pouvez imaginer ce que vous voulez avec".

    Ensuite, il y a Rearrange, un classique instantané à claquer des doigts avec des effets de guitare dont Joe Meek serait fier - une référence que Kane accepte volontiers. "Un de mes amis a effectivement dit que c'était comme le Telstar moderne, à sa façon".

    Puis vient Come Closer, “un peu sexy, douteux, guitare cool, bon chant, qui l'a aussi. Et entraînant."

    Happenstance (rom-pop psychédélique, voilé) avec un autre invité : l'actrice française Clémence Poésy, connue pour son rôle dans Bons Baisers de Bruges et qui joue une magicienne française sexy dans Harry Potter et la Coupe de Feu.

    "Je voulais faire un duo de toute façon parce que j'écoutais beaucoup Lee Hazelwood et Nancy Sinatra - oh, j'ai massacré ça", dit-il avec son enthousiasme débordant habituel. "J'adorerais faire un album comme ça un jour".

    Kane réfléchissait également à recréer l'ambiance saisie par Serge Gainsbourg et Brigitte Bardot dans leurs collaborations musicales des années 60. C'est alors qu'un responsable français de son label a rencontré Clémence Poésy lors d'une soirée à Paris. "Ils en sont venus à parler de moi. Il est venu me voir et m'a demandé, 'tu le ferais avec cette actrice?'"

    Il m'a alors expliqué qu'elle était en train de tourner le rôle-titre d'un nouveau long-métrage racontant le destin de Jeanne d'Arc". Et j'ai répondu, 'ok, mais elle sait chanter?' Elle me paraît bien, c'est Jeanne d'Arc – si elle sait chanter, j'y vais et je ne vais pas me plaindre! Et", raconte-t-il avec une lueur dans l'œil, "elle savait, donc nous l'avons fait, et c'était incroyable".

    La première sortie d’un extrait de l’album se fait en novembre, en édition limitée (vinyle et iTunes) Inhaler. Le flot funk rapide, le holler enroué de Kane soutenu par les chœurs pleins d'âme de The Rev Gospel Collective "c'est un bon avant-goût de l'album. Nous avons choisi ça parce que c'est un air qu'on saisit tout de suite".

    Inhaler est typique de Kane, un homme qui aime la musique des Sixties mais n'est jamais sous l'emprise servile de rien. Il a pris les idées et le feeling de la musique qu'il aime, et les a tournés pour en faire quelque chose de nouveau, de frais, de personnel et de joyeux.

    Miles Kane et son nouveau groupe - Jay Sharrock de The Sand Band à la batterie, l'auteur-compositeur-interprète Eugene McGuinness au chant et à la guitare rythmique, Ben Parsons et Phil Anderson de Cherry Ghost au clavier et à la basse respectivement – nous dévoileront leur nouvelle collection de chansons au cours de quelques dates dans des clubs en novembre, et de quelques premières parties avec les nouveaux rois mancuniens, The Courteeners. Il est ravi à l'idée de pouvoir enfin jouer ces chansons profondément personnelles, mais est suffisamment franc pour reconnaître avoir le trac.

    "Cet album, c'est moi. Il parle de moi, je l'ai écrit sur moi. Il y a mes influences préférés et ce que j'aime sur le disque. C'est vraiment ça. Et finalement, j'ai travaillé dur pour en arriver là. C'est moi, mon cœur et mon âme. Le voyage a été long. Quand tu es gamin, tu sais, tu rêves d'avoir l'opportunité de faire un disque tout seul. Là, j'ai pu le faire. J'ai beaucoup de chance et j'en suis conscient.”

    "Je ne sais pas", dit-il avec un soupir de contentement, "j'ai eu tellement de hauts et de bas, tu vois ce que je veux dire? Avec un peu de chance, ces petites dates seront bondées. Oui, évidemment tu veux faire les choses bien - je veux qu'il démarre, je veux que les gens s'éclatent et que les concerts bougent. Et je pense avoir fait le disque qui va permettre ça. Je ne peux rien faire de plus, n'est-ce pas?”

    www.mileskane.com

    Ses passages à l’olympia

    #LiveOlympia

    • Filtrez par

    Blog Olympia

    L'Olympia

    Blog Olympia

    Pre-sale tickets for our show at the @OLYMPIAHALL available now! https://t.co/5Lv78zTcPy https://t.co/OG1dqdDIZ7

    L'Olympia

    Blog Olympia

    Quel titre du dernier album de @juliettearmanet, "Petite Amie", préférez-vous ? ❤️ A L'Olympia les 6 (complet) et 7 mars 2018 → https://t.c ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    @texastheband à Paris chez @OLYMPIAHALL pendant 3 jours, c'est déjà fini... Arf... Mais que c'était bon ! https://t.co/wXAFUm8PKA

    L'Olympia

    Blog Olympia

    #LiveOlympia@thedamso à L'Olympia le 6 novembre 2017 🖖 Photo 📷 @s_kent7 #damso #dems #ipséité #ipséitétour #batteriefaible #92i #saal ...

    • Suivez-nous sur

    Vous aimerez aussi

    L'Olympia est à vous

    Test