Bienvenue sur le nouveau site de L’Olympia version Bêta. Revenez régulièrement découvrir nos nouveautés.

Fermer
Micahel Bloton en concret à L'Olympia Paris

MICHAEL BOLTON

Souhaitez-vous recevoir les alertes via Facebook Messenger ?

Ou

Via mail

    Abonnement confirmé.

    À propos

    Né le 26 février 1953 à New Haven (Connecticut), Michael Bolotin commence en tant qu'artiste solo pour le label RCA, puis prend le micro du groupe de hard rock Blackjack signé sur Polydor à la fin des années 1970. Le groupe éphémère produit deux albums.

    Balade vers la gloire

    En 1983, il relance sa carrière sous le nom de Bolton. Un premier album homonyme paraît sur Columbia, avec le hit mineur « Fools Game ». La même année, il écrit « How Am I Supposed to Live Without You » pour Laura Branigan : le titre se classe n°12. Le deuxième album, Everybody's Crazy (1985) ne convainc guère.

    C'est avec The Hunger (1987) que Michael Bolton commence à percer. Fini les riffs de guitares hard rock, place aux ballades emphatiques qui feront sa marque de fabrique (« That's What Love Is All About » et une reprise de « (Sittin' on) The Dock of the Bay » d'Otis Redding).

    Hits en série

    L'année 1989 voit la sortie de Soul Provider et un premier raz-de-marée dans les charts. L'album vendu à 4 millions d'exemplaires lui procure une série de hits, à commencer par sa propre version de « How Am I Supposed to Live Without You » (n°1), suivi par « How Can We Be Lovers » (n°3), « Georgia on My Mind » (n°6) et « When I'm Back on My Feet Again » (n°7). Bolton décroche un Grammy Award pour sa performance vocale.

    En 1991, il fait mieux que récidiver avec Time, Love & Tenderness, n°1 écoulé à six millions de copies. Outre le n°1 « When A Man Loves a Woman », les singles inondent le Billboard : « Love Is a Wonderful Thing » (n°4, accusé à raison de plagiat par The Isley Brothers) et « Time, Love and Tenderness » (n°7). Bolton ajoute un nouveau Grammy Award à sa collection, mais doit subir les foudres d'une presse stoïque à ses ballades et reprises.

    Le temps des classiques

    Qu'importe, le chanteur consacre un opus à ses morceaux fétiches, Timeless: The Classics en 1992 (n°1 des charts albums et succès avec le single « To Love Somebody »). Fin 1993, The One Thing lui réserve un dernier n°1 avec « Said I Loved You...But I Lied ». Les choses se gâtent après la compilation Greatest Hits 1985-1995 et This Is the Time: Christmas Album (1996).

    A l'automne 1997, All That Matters disparaît rapidement des classements sans laisser de hit. Michael Bolton, dont la crinière blonde a disparu, réagit avec My Secret Passion, un disque d'airs d'opéra bien accueilli début 1998. Après une tournée d'été, le chanteur cesse toute activité pendant trois ans, et revient au printemps 2002 avec Only a Woman Like You pour le label Jive Records. L'année suivante, Til the End of Forever mêle inédits et extraits live.

    En 2006, Bolton Swings Sinatra rend hommage au crooner et dévoile un duo avec son amie Nicolette Sheridan sur « The Second Time Around ». Trois ans plus tard, Michael Bolton propose l'album original One World One Love, avec les participations de Ne-Yo et Lady GaGa.

    Copyright 2010 Music Story Loïc Picaud

    Ses passages à l’olympia

    #LiveOlympia

    • Filtrez par

    Blog Olympia

    L'Olympia

    Blog Olympia

    Pre-sale tickets for our show at the @OLYMPIAHALL available now! https://t.co/5Lv78zTcPy https://t.co/OG1dqdDIZ7

    L'Olympia

    Blog Olympia

    Quel titre du dernier album de @juliettearmanet, "Petite Amie", préférez-vous ? ❤️ A L'Olympia les 6 (complet) et 7 mars 2018 → https://t.c ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    @texastheband à Paris chez @OLYMPIAHALL pendant 3 jours, c'est déjà fini... Arf... Mais que c'était bon ! https://t.co/wXAFUm8PKA

    L'Olympia

    Blog Olympia

    #LiveOlympia@thedamso à L'Olympia le 6 novembre 2017 🖖 Photo 📷 @s_kent7 #damso #dems #ipséité #ipséitétour #batteriefaible #92i #saal ...

    • Suivez-nous sur

    Vous aimerez aussi

    L'Olympia est à vous

    Test