Bienvenue sur le nouveau site de L’Olympia version Bêta. Revenez régulièrement découvrir nos nouveautés.

Fermer
KENT

KENT

Souhaitez-vous recevoir les alertes via Facebook Messenger ?

Ou

Via mail

    Abonnement confirmé.

    À propos

    Hervé Despesse est un Lyonnais de pure souche, du quartier de la Croix-Rousse, né le 31 mars 1957 dans une famille d’ouvriers. C’est sous le pseudonyme de Kent Cokenstock (évidente allusion aux héros d’Hergé), puis de Kent, qu’il creuse son sillon, à la fois dans la bande dessinée et dans le rock à la française, avec en 1977, la création du groupe Starshooter.

    Après quatre albums – doucement dérivant de l’irrévérence punk aux tentations de la mode disco, puis d’une initiation à la sono mondiale à la dépression de la fin des rêves adolescents – le quatuor se sépare en 1982.

    En solo

    Dès le divorce, Kent connaît un premier succès, avec l’effronté 45-tours « Partout c’est la merde », doublé d’un album de bandes dessinées tout aussi acide, Sales Amours. Ce recueil sera suivi de cinq autres éditions jusqu’en 1986. Les albums en solo se succèdent alors : Amours Propres (1982), Embalao (1985), et Le Mur du Son (1987). En 1989, il publie son roman Les Nouilles Froides.

    L’album A Nos Amours (1990) est entraîné par la chanson-phare « J’aime un pays », hymne anti-lepéniste, fustigeant la superficialité du monde de la chanson. Basson, scie musicale, accordéon s’y rencontrent et, parfois, s’y percutent, dans une atmosphère mêlant rock et java. La rencontre, déterminante, avec le musicien Jacques Bastello, se double alors d’un déménagement sur Paris.

    Avec Tous les Hommes (1991), Kent parvient à une authentique reconnaissance populaire, qui n’est que confortée par ses collaborations avec d’autres artistes, comme Johnny Hallyday, Michel Fugain, Enrico Macias, Dave, ou, naturellement, Enzo Enzo (« Quelqu’un de bien »). Kent poursuit l’enregistrement régulier d’albums où il se découvre à chaque occasion un peu plus : D’un Autre Occident (1993) permet de mettre en musique, avec la complicité de William Sheller, les vers de Paul Eluard, Jacques Prévert, ou Samuel Beckett.

    L’album Kent en Scène (1995) est suivi de Nouba (1996), pour lequel il invite Rachid Taha et Suzanne Vega. En 1996, on peut le voir dans le film de Diane Bertrand, Un Samedi sur la Terre, aux côtés d’Eric Caravaca et Elsa Zylbertsein. La vie de tournées lui interdit jusqu’à aujourd’hui de renouveler l’expérience. 1997 voit la publication d’un nouveau roman (Un Eté Pourri).

    Du solo et des duos

    Les enregistrements se poursuivent avec, en 1998, Métropolitain (ou la découvertes des sons électroniques et de la techno, ainsi que de la composition live en studio), en 1999, Enfin Seuls ! (en duo avec Enzo Enzo, ou la découverte des claquettes, dans un spectacle mis en scène par François Bréant) et Cyclone, en 2000. Ce dernier album porte un titre prémonitoire, puisqu’il est suivi de la séparation d’avec Jacques Bastello, les musiciens du groupe, son manager et le label. C’est donc dans un dénuement assumé qu’est enregistré Je Ne Suis Qu’une Chanson (2002).

    En 2003, le chanteur publie un livre pour enfants, Thomas et Mathieu. Il récidive l’année suivante, avec Le Papa de Jonas (tendre histoire de perte du père, de nouveau servie par les dessins de Stéphane Girel). A l’automne 2004, deux soirs de concerts à l’Européen de Paris donnent lieu à l’édition d’un DVD (A la Prochaine) qui est couplé à un CD, où l’on peut retrouver « Tiny Tinto », merveilleuse chanson du début de carrière (uniquement éditée en 45-tours), un titre emprunté au répertoire de Starshooter (« Congas et Maracas »), ainsi que la reprise du « Vesoul » de Jacques Brel.

    En 2005, Kent – désormais riche de l’indépendance (et du risque) d’être son propre producteur – enregistre Bienvenue au Club, avec la collaboration de Christopher Murray, Savoyard de dix ans son cadet. Cet album n’offre pas une sempiternelle succession de duos compassés, propres à séduire le consommateur, mais un authentique travail de composition en commun, qui réunit entre autres, La Grande Sophie, Laurent Voulzy, -M-, Mickey 3D et Romain Didier. La même année, Kent édite son roman Des gens imparfaits.

    En 2007, est publié Vibrato, roman se déroulant dans le milieu du disque. L'Homme de Mars (2008), objet complet (livre, album de bandes dessinées, disque) reste sans nul doute l’un des objets les plus étranges de la chanson française. Kent (assez proche finalement dans son incompréhension de la société actuelle et dans sa métaphore martienne des Lettres Persanes de Montesquieu) est sans nul doute l’un des seuls artistes contemporains à pouvoir chanter, écrire et dessiner son œuvre.

    Copyright 2010 Music Story Christian Larrède

    Ses passages à l’olympia

    #LiveOlympia

    • Filtrez par

    Blog Olympia

    L'Olympia

    Blog Olympia

    Bruxelles arrive ! Véritable bête de scène, #RoméoElvis va chauffer L'Olympia en 2 punchlines 🐊 Billets → https://t.co/Z3Kg9hUmZd https://t ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    #LaurentVoulzy #Mokalamity #FaadaFreddy ou encore #ChristopheWillem seront présents au concert @ATDQM 🌍 Billets → https://t.co/6R6N0LC1fU ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    #LiveOlympia : @joaquinsabina ● Ouverture des portes : 19h00 ● Première partie : Leiva Bon concert 🙂 https://t.co/jCUGXwTgzm

    L'Olympia

    Blog Olympia

    L’extraordinaire producteur de tubes en puissance, Sean Paul, légende du Reggae Dancehall, déjà récompensée par un Grammy Award, sera à L'Ol ...

    • Suivez-nous sur

    Vous aimerez aussi

    L'Olympia est à vous

    Test