Janis Joplin en concert à L'Olympia à Paris

JANIS JOPLIN

Souhaitez-vous recevoir les alertes via Facebook Messenger ?

Ou

Via mail

    Abonnement confirmé.

    À propos

    Seth, cadre d'une compagnie pétrolière, et Dorothy, membre de l'administration d'une école de commerce, donnent naissance à Janis Joplin le 19 janvier 1943 à Port Arthur, ville modeste du sud-est du Texas. Elle sera la première de leurs trois enfants. La période de la ségrégation à l'encontre des noirs, durant laquelle elle grandit à l'écart de son entourage, marque ses idéaux de jeunesse. Au lycée, elle s'intéresse tout particulièrement à la lecture de poèmes et commence à chanter dans le style qu'elle affectionne, le folk-blues de Leadbelly et celui de son modèle, Bessie Smith. Après avoir eu l'équivalent du bac, elle quitte le domicile familial à 17 ans pour aller s'installer à Houston où elle se produit dans quelques cafés.

    Son chemin la mène ensuite à Austin en 1962, où elle rentre à l'université du Texas qu'elle ne va pas fréquenter bien longtemps. Elle chante toujours dans des bars et fonde son premier groupe, Waller Creek Boys, avec Powell St. John. Dès l'année suivante, elle part en auto-stop pour Los Angeles puis atterrit à San Fransisco où elle fréquente les communautés hippies. Mais Janis Joplin, déjà marquée par un certain mal-être, tombe sérieusement dans la dépression en touchant à l'alcool et à la drogue, notamment les amphétamines. Elle navigue alors entre reprises d'études, petits boulots et participation à des concerts avec différents musiciens dont le futur guitariste de Jefferson Airplane, Jorma Kaukonen, sans réellement se fixer.

    Sentant qu'elle est à la dérive, elle retourne au domicile familial en 1965, s'inscrit à l'université et pense à se ranger. Mais un vieil ami du Texas expatrié à San Fransisco se souvient d'elle en 1966 et l'appelle pour auditionner avec le groupe qu'il manage, Big Brother and The Holding Company, au style blues-rock psychédélique. Elle les rejoint et emménage dans le quartier hippie de Haight Hashbury. Signé sur Mainstream, le groupe sort un premier album éponyme et se produit au festival de Monterey l'année suivante, partageant l'affiche avec Otis Redding et Jimi Hendrix. La performance de sa chanteuse totalement déchaînée, notamment sur «Ball and chain», impressionne les 70 000 spectateurs et l'impresario Albert Grossman.

    Ce dernier, producteur chez Columbia, leur fait enregistrer en 1968 l'album Cheap Thrills, à la pochette comics unique signée Robert Crumb. Le disque comporte trois magnifiques reprises : «Piece of my heart» de la soeur d'Aretha Franklin, Emma, «Ball and chain» de Big Mama Thornton et «Summertime» de George Gershwin. Ces trois titres majeurs de Janis Joplin concourent à un succès largement au rendez-vous, avec un million de disques écoulés en un mois. En 1998 sortira le «Live at Winterland '68» qui regroupe tous les tubes du de Big Brother. Janis Joplin s'impose alors comme une des artistes majeures de l'époque, au point qu'Albert Grossman la pousse hors du groupe avec lequel les relations se sont de toute façon détériorées. Seul le guitariste Sam Andrew la suivra quelques temps.

    Son apparition à Woodstock en août 1969 marque le début d'une nouvelle prériode avec un nouveau groupe rythm n'blues et soul dont le personnel varie avec le temps : le Kozmic Blues Band. Janis Joplin est alors l'ambassadrice presque officielle de la marque d'alcool Southern Comfort et dépendante à l'héroïne. Tout va donc aller très vite... A la fin de l'année sort I got dem ol'kozmic blues again mama ! dans un style Stax à la Otis Redding. L'album se vend correctement, notamment en Europe, malgré les insuffisances relevées par la critique du groupe. Pourtant, lassé de sa chanteuse imprévisible, le Kozmic Blues Band s'en sépare.

    Au printemps 1970, Janis se serait ressaisie à nouveau. Elle fonde le Full Tilt Boogie Band qui ne l'accompagnera que quelques mois : le temps d'un été en tournée avec Grateful Dead au Canada puis de quelques sessions d'enregistrement à Los Angeles. L’expérience s'achève lorsqu'elle est retrouvée morte dans sa chambre d'hôtel avec des traces de piqûre sur le bras le 4 octobre 1970. En février de l'année d'après sort le petit bijou Pearl, le surnom de la chanteuse, qui était presque fini d'enregistrer au moment de son décès. Son style est alors totalement affirmé et s'affiche comme une évidence sur les titres «Me and Bobby McGee», «Cry Baby» et l'époustouflant «Mercedes Benz». Il restera de cette âme perdue l'image d'un sourire cachant la douleur et suffisamment d'enregistrements pour faire vivre la légende.

    Divers albums seront publiés après sa mort dont l'intégrale de Columbia/Legacy en trois disques de 1993. Sa vie a inspiré plusieurs films dont The Rose tourné en 1979 avec Bette Midler. Elle apparaît également dans plusieurs documentaires (Janis en 1975, Monterey Pop) et concerts filmés (Woodstock). Elle a reçu un Grammy Award posthume en 2005 et restera comme une des rares icônes féminines, avec Joan Baez, des années 1960 et 1970.

    Copyright 2010 Music Story Raphaël Richard

    Médias

    Janis Joplin en concert à L'Olympia à Paris

    L'Olympia est à vous

    Test