HELENE SEGARA

HELENE SEGARA

Souhaitez-vous recevoir les alertes via Facebook Messenger ?

Ou

Via mail

    Abonnement confirmé.

    À propos



    Des débuts difficiles

    Née Hélène Rizzo à Six-Fours-les-Plages (Var), le 26 février 1971, la future Hélène Ségara, de père italien et de mère franco-arménienne, est assez tôt ballottée entre les foyers de ses parents divorcés, comme de ses grands-parents. Attirée par le chant dès son enfance, elle est soutenue par ses grands-parents et c’est grâce à leurs encouragements qu’elle se présente à un concours, qu’elle remporte. L’organisateur voit en elle un potentiel de chanteuse professionnelle, mais les parents d’Hélène ne voient pas d’un bon œil leur fille s’embarquer dans une carrière artistique. Mais la jeune fille n’est pas décidée à mettre ses ambitions sous le boisseau et, après un passage en pension, arrête à 15 ans ses études pour tenter de voler de ses propres ailes. Elle enchaîne les petits boulots pour vivre, tout en commençant de gratter ses premiers cachets dans les piano-bars de la Côte-d’Azur : Hélène se fait les dents à la dure en reprenant jusqu’à plus soif les chansons françaises et anglo-saxonnes, jusqu’à se créer un « répertoire » de plus de 1000 chansons mémorisées sur le bout des ongles. A 16 ans, elle perd son grand-père, qui était jusque-là son principal soutien familial. A 18 ans, elle a un fils. Bien des ambitions n’y résisteraient pas mais, plutôt que d’interrompre sa carrière pour pouponner, Hélène Ségara continue sur sa lancée, produisant en 1993 son premier single, « Loin », qui ne remporte guère de succès.

    A Paris !

    En 1996, décidée à donner une nouvelle impulsion à sa carrière, elle quitte la Côte d’Azur pour Paris. Débarquée dans la capitale avec son jeune fils, sans soutiens ni moyens, Hélène se démène sur le pavé parisien. Faute de maquettes, elle est parfois contrainte, pour prouver ses capacités, de chanter dans le bureau des producteurs qui daignent la recevoir. Elle fait la connaissance de Christian Loigerot, qui sera par la suite l’un de ses compositeurs. Le charme d’Hélène Ségara et son style romantique finissent par séduire un producteur qui, par bonheur, n’est pas n’importe qui. Orlando, frère et ancien manager de Dalida, est impressionné par le talent de la jeune chanteuse et décide de la chaperonner de manière non-officielle : Hélène Ségara reste en effet toujours sous contrat avec le producteur de ses débuts.

    Orlando

    Sous l’égide d’Orlando, elle enregistre l’album Cœur de Verre, qui remporte un réel succès, de même que le single  « Je vous aime Adieu ». En 1997, Hélène Ségara interprète en duo avec Andrea Bocelli « Vivre pour elle », la version française de la chanson « Vivo per lei ». Elle se présente au casting de la comédie musicale Notre-Dame de Paris (musique : Richard Cocciante ; livret : Luc Plamondon), mais le rôle principal féminin d’Esmeralda lui est soufflé par la chanteuse israélienne Noa. Mais, après avoir interprété les chansons sur l’album original de la comédie musicale, Noa doit se désister pour tenir le rôle au Palais des Congrès. Hélène Segara est donc rappelée et tient sur scène le rôle d’Esmeralda aux côtés de Garou (Quasimodo), Patrick Fiori (Phoebus) et Daniel Lavoie (Frollo), dans ce qui constitue une invasion massive et conjointe de chanteurs québécois et méridionaux sur le marché du disque français. Le triomphe du spectacle en 1998 fait de la plupart de ses interprètes principaux des stars sur le marché français. Hélène Segara, promue vedette, fait dans le même temps les délices de la presse people de par sa liaison amoureuse avec Damien Sargue, chanteur de dix ans son cadet qui joue les doublures sur Notre-Dame de Paris et vient d’être choisi pour interpréter Roméo dans la nouvelle comédie musicale à grand spectacle, Roméo et Juliette, de la haine à l'amour.

    Au nom d'une femme

    Désormais sur les chapeaux de roue, la carrière d’Hélène Ségara est menacée de s’arrêter prématurément du fait de ses conditions de travail intensives : en 1999, au cours d’une représentation au Canada, elle perd sa voix. Elle devra subir une intervention au laser pour sauver ses cordes vocales ; Orlando en profite pour racheter le contrat d’Hélène à son producteur d’origine. Durant son repos forcé, Hélène Ségara prépare son nouvel album, Au Nom d’Une Femme. L’album et les singles l’accompagnant remportent un vif succès : Hélène Ségara part pour une longue tournée, passant pour l’occasion à l’Olympia. Au Nom d’Une Femme est Disque de Diamant 2000. Hélène Ségara, écumant toutes les planches de France et de Navarre, est consacrée « Chanteuse préférée des français » par un sondage IFOP, coiffant Mylène Farmer au poteau. Aux Victoires de la Musique 2001, elle est classée meilleure interprète féminine. Après deux ans d’une tournée achevée en octobre 2002, Hélène Ségara reprend le chemin des studios pour enregistrer un nouvel album, Humaine. Sorti en mars 2003, l’album remporte à nouveau un grand succès, se classant d’emblée en tête des ventes, pour atteindre le chiffre de 700 000 exemplaires vendus. Le disque comprend notamment un duo avec Laura Pausini, « On n’oublie jamais rien, on vit avec ». Hélène Ségara reprend à la fin 2003 le chemin des salles de concert mais, attendant son troisième enfant, elle devra interrompre sa tournée pour cause de grossesse difficile.

    Changement de cap

    En 2004 sort un best-of, Ailleurs Comme Ici . Repartie en studio, Hélène sort en 2006 un nouvel album, Quand l’Eternité… , dont elle a composé la plupart des chansons. Plusieurs titres, dont « Méfie-toi de moi » , témoignent d’une volonté de renouvellement : à l’opposé des sonorités très langoureuses de ses précédentes chansons, les morceaux de l’album accompagnent la voix romantique d’Hélène Ségara d’instrumentaux plus rock. L’album se vend à 110 000 exemplaires en trois mois et devient Disque d’Or. En 2007, Hélène Ségara entame une nouvelle tournée, passant notamment par le Palais des Sports de Paris.

    Hélène Ségara s’est affirmée très rapidement, via le tremplin de Notre-Dame de Paris, mais également grâce à une authenticité artistique très appréciée de son public, comme un pilier de la variété française, s’inscrivant dans la vogue des chanteuses à voix francophones comme Lara Fabian ou Isabelle Boulay, mais aussi dans la tradition des interprètes romantiques comptant des personnalités aussi marquantes et différentes que Dalida, Anne Sylvestre ou Céline Dion. Le temps dira si Hélène Ségara parviendra à creuser son sillon suffisamment longtemps et profondément pour devenir une Barbra Streisand française.

    Copyright 2010 Music Story Nikita Malliarakis

    Ses passages à l’olympia

    #LiveOlympia

    • Filtrez par

    Blog Olympia

    L'Olympia

    Blog Olympia

    .@the_pirouettes, l’une des figures les plus attachantes de la pop hexagonale d’aujourd’hui, sera à L'Olympia le 29 novembre 2018 💑 🎟️ Bill ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    #LiveOlympia : @NoelGallagher ● 18h30 : ouverture des portes ● 20h00 : @BlossomsBand ● 21h10 : Noel Gallagher's High Flying Birds Bon con ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    #OlympiaPool Avec ses 40 mètres de long et ses 6 mètres de large, la galerie rouge de L'Olympia se transformera en piscine pour vous accueil ...

    • Suivez-nous sur

    L'Olympia est à vous

    Test