DAVIC MCNEIL

DAVIC MCNEIL

Souhaitez-vous recevoir les alertes via Facebook Messenger ?

Ou

Via mail

    Abonnement confirmé.

    À propos

    Fils du peintre Marc Chagall, David McNeil partage ses années de jeunesse entre New York, Saint-Tropez et Paris. Après une incursion dans le cinéma, il choisit la chanson, rencontre Pierre Barouh et enregistre trois albums originaux sur son label Saravah. Sur le premier, sorti en 1972, figure le délectable « Hollywood », dont Yves Montand fera un succès commercial huit ans plus tard - malgré une interprétation bien fade.
    Le style de McNeil, imprégné, lui, de folk song, doit beaucoup à sa par-faite connaissance des ?uvres de Woody Guthrie, de Bob Dylan et de Leonard Cohen. Ses ballades, souvent construites sur trois accords, ont parfois la simplicité mélodique du premier, tandis que la sophistication de ses textes trahit la fréquentation des deux autres. En français, son écriture riche en références culturelles rock et en audaces formelles (allitérations, enjambements, rimes sur les noms propres, franglais) exercera une influence pas toujours reconnue sur d'autres auteurs-compositeurs (Yves Simon, Alain Souchon).
    Dans les années 80, David McNeil écrit nombre de succès pour - ou avec - Montand, Souchon (« Casablanca ») ou Julien Clerc (« Melissa ») et, préférant une vie de riche reclus au contact direct du public, évite systématiquement les tournées. Il retrouve les studios en 1991 pour un compact d'une perfection ahurissante (Seul dans ton coin), qui sera - comme, déjà, Funky Punky en 1977 - primé par l'académie Charles-Cros. En 1995, il signe les textes de plusieurs chansons de l'album de Jacques Dutronc, Brèves Rencontres.

    Copyright 2010 Music Story

    L'Olympia est à vous

    Test