Bienvenue sur le nouveau site de L’Olympia version Bêta. Revenez régulièrement découvrir nos nouveautés.

Fermer
BYRDS

BYRDS

Souhaitez-vous recevoir les alertes via Facebook Messenger ?

Ou

Via mail

    Abonnement confirmé.

    À propos



    Beatles américains

    « Pour moi, l’apparition des Beatles a complètement changé la donne, une nouvelle voie se dessinait », lorsqu’en 1964, le trio formé par Jim McGuinn, David Crosby et Gene Clark, joue dans les coffee houses de Greenwich village, ils reprennent des chansons des Beatles dont l’influence est déjà considérable aux Etats-Unis. C’est d’ailleurs après avoir vu A Hard Day’s Night qu’ils décident de former un groupe, The Jet set, qui deviendre, une fois la formation complétée par Chris Hillman et Michael Clarke, les Beefeaters. Le quintette publie un premier simple « Please Let Me Love You ». En novembre 1964, leur manager, Jim Dickson, décroche un contrat avec Columbia, et le groupe choisit son nom définitif : The Byrds, avec une faute d’orthographe volontaire comme dans « Beatles ».

    Naissance du Folk-rock

    Le 20/1/1965, les Byrds enregistrent une chanson de Bob Dylan, « Mr. Tambourine Man », qu’ils s’approprient à merveille, comme la plupart de leurs reprises. Ce titre, qui fait l’effet d’un coup de tonnerre, est propulsé en tête des hits-parades des deux côtés de l’Atlantique, se vendant à plus d’un million d’exemplaires. Suit alors l’album homonyme, qui marque la naissance d’un tout nouveau genre : le Folk-rock, alliant le folk de Dylan, des textes de qualité et un son électrique tout droit sorti des groupes anglais en vogue : «Prenez Lennon et Dylan, mélangez le tout et vous obtiendrez une chose que personne n’avait encore jamais fait » (McGuinn). Le son est inédit, inouï, leurs harmonies vocales additionnées au jeu de douze-cordes Rickenbaker immédiatement reconnaissable de McGuinn est parfaitement dans l’esprit du moment. Les membres du groupe adoptent en plus ce fameux look « Byrds » qui fait école dans toute la Californie : coupe de cheveux des « Quatre garçons dans le vent », petites lunettes rectangulaires aux verres teintés pour McGuinn (qui en fera sa marque personnelle), veste de daim verte pour Crosby et poses dandy très étudiées pour Clark.

    Tandis que leur premier succès leur ouvre les portes du show-business, ils publient un second 45-tours, autre reprise magique qui fera le tour du monde. « Turn ! Turn ! Turn ! » est un texte biblique adapté par Pete Seeger qui confirme le survol victorieux des charts par ces drôles d’Oyseaux. Fin 1965 sort l'album homonyme, dans la droite continuation du premier opus, mais c’est en 1966 avec Fifth Dimension, que les Byrds vont amorcer un net virage psychédélique. L’album est moins bien accueilli et le très avant-gardiste « Eight miles High » sera vite retiré des ondes, faisant trop référence aux drogues hallucinogènes. Gene Clark, l’auteur de cette chanson quittera les Byrds quelques semaines plus tard pour cause de mésentente. Départ lourd de conséquences, puisqu’il était le principal auteur et chanteur avec McGuinn (qui adopte le prénom chrétien de Roger lors de sa conversion).

    Monterey Pop Festival

    En 1967, le groupe, ayant surmonté le départ de Clark, signe le psychédélique Younger Than Yesterday dans lequel figure notamment « So You Wanna Be A Rock 'n’ Roll Star », aux accents jazzy et « My Back Pages », nouvelle reprise de Bob Dylan, avec qui d’ailleurs les Byrds entretiennent d’excellentes relations. Ce dernier dira même qu’il aime beaucoup la façon dont les Byrds électrifient ses mélodies tout en leur donnant plus de rythme. En juillet 1967, les Byrds participent au premier grand festival de rock : le Monterey Pop Festival, qui réunit près de 300.000 personnes. John Phillips, leader des Mamas and the Papas et organisateur du festival, dira en annonçant le groupe : « Ils jouent pour vous, ils aiment les Beatles et d’autres groupes, c’est une musique qui vous tient, qui vient vous chercher, les couleurs sont acidulées, le son vous entoure, c’est merveilleux, ce sont…les Byrds ». Pendant ce même festival, Crosby joue avec le Buffalo Springfield de Neil Young et Stephen Stills, ce qui déplait fortement aux autres membres du groupe qui le congédient sur-le-champ. Erreur qu’ils paieront lourdement, Crosby étant perçu comme un véritable porte-parole de la jeunesse hippie. A noter que c’est le même Crosby qui leur a fait côtoyer des acteurs du cinéma d’avant garde comme Peter Fonda, Dennis Hopper ou Jack Nicholson, leur donnant l’opportunité d'apparaître sur la bande originale du film Easy Rider.

    Country rock

    En 1968, Michael Clarke quitte à son tour le groupe au beau milieu de l’enregistrement du cinquième album : The Notorious Byrd Brother que McGuinn et Hillman terminent seuls. Les deux rescapés accueillent alors Gram Parsons en tant que pianiste pour une ultime mais capitale innovation dans leurs recherches sonores et stylistiques : le Country-rock, genre dans lequel le groupe excelle tout particulièrement. Il est constitué pour l’album Sweetheart Of The Rodeo, de McGuinn, Hillman, Parsons, et de Kevin Kelley (le cousin de Hillman) à la batterie. La portée de cet album sera considérable. Cependant Parsons quitte le groupe suivi de Hillman avec qui il fondera The Flying Burrito Brothers, formation davantage country.

    Séparation des Byrds

    En 1969, Roger McGuinn est le seul survivant de la formation originale. Il est accompagné par le guitariste Clarence White, le bassiste Skip Battin et le batteur Gene Parsons (sans lien de parenté avec Gram). Ils donnent sur scène d’excellentes prestations mais produisent des albums plutôt médiocres au vu du génie et de la créativité des premières années : Dr. Byrds and Mr Hyde (1969), The Ballad of Easy Rider (1970), Byrdmaniax (1971), Farther Along (1972), autant d’albums qui comportent quelques petites perles mais ne constituent pas la renaissance attendue. Les Byrds se séparent en 1973, une reformation est tentée la même année, avec les membres originaux lors d’un album, The Byrds  mais se révèle un échec.

    Malgré toutes leurs mésaventures et de nombreux changements de formation, ces cousins américains et un peu maudits des Beatles occupent une place importante dans l’histoire du rock. Chacune de leur recherche sonore a fait avancer le genre tout entier… et des groupes comme Eagles et R.E.M. et des chanteurs comme Tom Petty se réclameront ouvertement des Byrds. Leurs guitares magiques et cristallines, leurs voix mélodiques et presque mélancoliques leur font occuper une place particulière dans le cœur des fans et des nostalgiques de l’époque des « enfants-fleurs ».

    Copyright 2010 Music Story Claire Bailly

    Ses passages à l’olympia

    #LiveOlympia

    • Filtrez par

    Blog Olympia

    L'Olympia

    Blog Olympia

    .@HollySiz est enfin de retour ! L’occasion de retrouver l’artiste pour un concert débordant d’énergie 💥💫 Billets → https://t.co/u0rstOs9RR ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    .@liamgallagher présentera son tout premier album solo "As You Were" à L'Olympia 🎸 Billets → https://t.co/KPQymALCNx https://t.co/3LZsLEVHS ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    @Weezer played an amazing greatests hits show tonight 19/10 in #Paris at @OLYMPIAHALL : MERCI MERCI MERCI #indie #pop #rock @theorwells http ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    Une bien belle soirée à l' @OLYMPIAHALL avec @boulay_isabelle ! 🎶👏🌹🌸👏 https://t.co/1YzdKeBYbk

    • Suivez-nous sur

    Vous aimerez aussi

    L'Olympia est à vous

    Test