Bienvenue sur le nouveau site de L’Olympia version Bêta. Revenez régulièrement découvrir nos nouveautés.

Fermer
BOY GEORGE

BOY GEORGE

Souhaitez-vous recevoir les alertes via Facebook Messenger ?

Ou

Via mail

    Abonnement confirmé.

    À propos

    Natif d'Etham, dans le Kent, le 14 juin 1961, George O'Dowd forge l'identité de Boy George dans les boîtes de nuit londoniennes au début des années 80, s'exhibant dans des tenues extravagantes, qui lui valent la couverture des journaux branchés, comme The Face ou Blitz.

    Le fameux producteur Malcolm McLaren le remarque et l'engage comme vocaliste dans son groupe post-punk, Bow Wow Wow. Une collaboration de courte durée s'ensuit, mais qui permet à Boy George de se faire connaître. De sa rencontre avec l'ancien disc jockey Mickey Craig, avec Jon Moss (ex-Adam And The Ants) et avec Ron Hay (guitare, claviers) naît le groupe Culture Club en 1982, élu meilleur nouveau groupe de l'année, sur une ligne musicale reggae-pop. « Do You Really Want To Hurt Me ? » puis « Karma Cameleon » sont d'énormes succès en 1982 et en 1983. Pour le public, Culture Club, c'est avant tout Boy George. Sans nuire à sa carrière, son homosexualité à peine déguisée, son maquillage et son identité androgyne contribuent au contraire à son succès.

    La chance tourne. Après une série de hits, l'affaire tourne au vinaigre. Après quelques déclarations mal venues aux journalistes sur son penchant pour la drogue (« Je suis votre junkie favori » ose-t-il déclarer), il est littéralement persécuté par la presse, qui précipite sa chute. En 1987, il renonce publiquement à la drogue, dissout Culture Club et entame une carrière solo, avec un n° 1 la même année pour « Everything I Own » (une reprise du groupe Bread). Il poursuit depuis une carrière plus discrète (à noter, en 1992, la chanson « The Crying Game », pour le film du même nom) où plane son nouvel élan spirituel et sa passion pour le reggae et la soul blanche.

    En 1995, il sort Cheapness And Beauty qui connait un succès très mitigé ici ou là. Quatre ans plus tard, il récidive avec un album de raretés intitulé Unrecoupable One Man Bandit, plus que dispensable. Il convient de préciser que Boy George passe la majorité des années 90 dans les boites de nuit à rebondir de projets technos en collaborations furtives (ses apparitions et soirées djs au Ministry Of Sound comme en témoignent les compilations Galaxy Weekend et Galaxy Mix). Il va ainsi devenir un DJ assez réputé Outre-Manche.

    Désireux de capitaliser sur son nom, il sort d'ailleurs l'album Essential Mix durant le printemps 2000, s'embarque pour une tournée de reformation éphémère de Culture Club et continue d'animer les nuits londoniennes. Il dirige un label de disc-jockey et a sortit quelques vinyles sous le nom de The Twin.

    Entre 2002 et 2004, Une comédie musicale Taboo fut présentée a Londres et Broadway.

    Boy George s'apprête actuellement a sortir a un nouvel album dont le premier extrait « Yes We Can » sort sous forme digitale le 12 octobre 2008.

    Copyright 2010 Music Story

    Ses passages à l’olympia

    #LiveOlympia

    • Filtrez par

    Blog Olympia

    L'Olympia

    Blog Olympia

    .@HollySiz est enfin de retour ! L’occasion de retrouver l’artiste pour un concert débordant d’énergie 💥💫 Billets → https://t.co/u0rstOs9RR ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    .@liamgallagher présentera son tout premier album solo "As You Were" à L'Olympia 🎸 Billets → https://t.co/KPQymALCNx https://t.co/3LZsLEVHS ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    @Weezer played an amazing greatests hits show tonight 19/10 in #Paris at @OLYMPIAHALL : MERCI MERCI MERCI #indie #pop #rock @theorwells http ...

    L'Olympia

    Blog Olympia

    Une bien belle soirée à l' @OLYMPIAHALL avec @boulay_isabelle ! 🎶👏🌹🌸👏 https://t.co/1YzdKeBYbk

    • Suivez-nous sur

    Vous aimerez aussi

    L'Olympia est à vous

    Test