ALIZEE

ALIZEE

Souhaitez-vous recevoir les alertes via Facebook Messenger ?

Ou

Via mail

    Abonnement confirmé.

    À propos

    Native de la Corse du sud à Ajaccio le 21 août 1984, Alizée (née Gautey) prend ses premiers cours de danse à l'âge de quatre ans. Dans un autre domaine artistique, elle remporte à onze ans le concours Dessine-moi un avion. C'est son oeuvre qui est choisie pour être reproduite sur un appareil de la compagnie AOM. Mais c'est rapidement vers le chant que se tourne l'illustratrice en herbe en 1999, quand une de ses amies l'inscrit sans l'en instruire à l'émission Graines de star diffusée sur M6. Alizée participe donc à l'émission de Laurent Boyer et y interprète une version du titre « Ma Prière » d'Axelle Red. C'est à la suite de ce passage télévisé que Mylène Farmer décide de prendre la jeune fille sous son aile protectrice et de lui inculquer les principes de base des domaines de l'interprétation et de la chorégraphie.

    Les années Lolita d'Alizée

    Après trois mois passés à préparer son entrée dans le registre professionnel, un premier single « Moi...Lolita » sort le 4 juillet 2000. La chanson truffée de doubles sens est écrite par Mylène Farmer et composée par Laurent Boutonnat. Le titre connaît rapidement un succès à grande échelle, bénéficiant d'un appui promotionnel spécifique et à la hauteur du prestige de sa marraine, et marque le début de la mode Lolita. « Moi...Lolita » se vend à plus d'un million et demi d'exemplaires, devenant un classique repris par Julien Doré sept ans plus tard.

    Alizée, qui n'a pas encore seize ans, retourne en studio pour enregistrer son premier album, Gourmandises, qui sort le 28 novembre 2000. Toujours écrit et composé par le duo Farmer - Boutonnat, il évoque des thèmes liés à l'adolescence et aux premiers émois amoureux. A la fin de l'année, le nouveau phénomène pop remporte un M6 Award, et son second single, « L'Alizé » se vend à 700 000 exemplaires et se place numéro 1 des ventes.
    En 2001, la « Lolita » acquiert un autre trophée, le NRJ Music Award de la « Révélation de l'année ». Tout comme sa mystérieuse productrice, Alizée se fait rare dans les médias (suscitant la convoitise des paparazzi) mais intègre tout de même la troupe des Enfoirés. Les deux autres extraits de Gourmandises « Parler tout bas » et le morceau-titre, deviennent tous les deux Disques d'argent. Les chiffres de ventes de ce premier album sont alors évalués à près de 1 300 000 exemplaires.

    La conquête européenne

    A la suite de cet engouement massif, Alizée s'apprête à conquérir d'autres pays européens, voire au-delà, sa pop rythmée passant les frontières malgré l'obstacle de la langue. Le succès répond présent au Royaume-Uni, en Autriche, en Allemagne, et l'étoile montante se place même numéro 1 des ventes en Italie, en Espagne et en Israël. C'est ensuite au tour du Japon et de la Chine de faire plus ample connaissance avec la petite Lolita française. Au pays du Soleil Levant, elle tourne même une publicité pour une marque de gâteau. Ses quatre millions de disques vendus à travers le monde (un chiffre rare pour une artiste francophone) lui valent le World Music Award de la meilleure exportatrice de disques.

    Le retour d'Alizée en France

    Au début de l'année 2003, la petite reine de la pop frenchy revient au devant de la scène française avec un look plus féminin. Son nouvel album Mes Courants Electriques a des sonorités plus rock mais la touche Mylène Farmer - Laurent Boutonnat est toujours bien présente (la star rousse va jusqu'à dessiner les tenues de la jeune chanteuse). « J'en ai marre », le premier single, se place en quatrième position du Top 50 et devient Disque d'or. C'est au mois de mars, à l'Eurobest, qu'elle fait la connaissance de Jérémy Chatelain (membre de la 2ème édition de la Star Academy) avec lequel elle se marie quelques mois plus tard. Les singles suivants, « J'ai pas vingt ans » et « A contre-courant », figurent dans les meilleures places des classements. Si l'album connaît un succès moindre que le précédent, il se vend néanmoins à 400 000 exemplaires dans l'hexagone.

    Le 26 août 2003, Alizée débute sa tournée par son premier Olympia, avant de sillonner les routes de France, de Belgique et de Suisse. Elle achève cette série de concerts en janvier 2004 dans un Zénith de Paris complet et conquis par sa dimension scénique. Quelques mois plus tard sortent un album et un DVD live, Alizée en Concert, qui se classe numéro 1 des ventes de DVD musicaux et permet à la jeune chanteuse de se faire connaître au Mexique où elle jouit d'un véritable statut de star (étant invitée à plusieurs reprises dans ce pays). Restant toujours discrète concernant sa vie privée (malgré l'assiduité des photographes), Alizée donne naissance à sa fille Annily le 29/4/2005.

    Le nouveau départ d'Alizée

    Avec la même discrétion publique, Alizée se démarque du « clan Farmer » et claque la porte du label Polydor (Universal) pour signer un contrat chez RCA (Sony-BMG) en août 2007. Si les raisons du désamour restent obscures, un nouveau cap de carrière est franchi et semble laisser place à une plus grande autonomie dans la gestion artistique de sa carrière. Celle-ci s'ouvre par le titre « Fifty sixty », mis à disposition sur internet, suivi le 27 septembre 2007 du single « Mademoiselle Juliette » programmé en radio et mis en vente sur les sites de téléchargement. Tout naturellement s'ensuit la sortie d'un troisième album nommé Psychédélices, le 3 décembre 2007. Les observateurs ne manquent pas de noter la présence d'auteurs et de compositeurs de renom qui n'ont pas hésité à mettre leur plume (et leur réputation) au service de la jeune star corse. Outre son mari Jeremy Chatelain, le tracklisting contient les participations de Daniel Darc (« Jamais plus » et « Lonely List »), Oxmo Puccino, l'auteur fétiche d'Alain Bashung, Jean Fauque (qui signe la moitié des compositions), et Bertrand Burgalat dans le rôle du producteur. Malgré tout, le succès local n'est pas celui escompté. La chanteuse se rattrape sur l'ensemble des ventes internationales en forte progression (l'album atteint les 200 000 exemplaires) et dans une expédition au Mexique, avant d'entamer la tournée Psychédélices en mai 2008.

    Avec ou sans Mylène Farmer, Alizée a prouver qu'elle pouvaitévoluer sans brûler les étapes, et s'installer dans le paysage pop aufil du temps, renouvelant le genre avec un naturel, une simplicité etun vrai charisme. Après plusieurs années de succès, la chanteuseadulescente conserve ce petit quelque chose de sucré et d'acidulé quifait son charme.

    Très populaire en Amérique latine, Alizée cherche à renouveler son univers musical et modifier l'image d'éternelle adolescente qu'on veut lui coller. En 2010, elle réussit un virage electro pop avec l'album Une Enfant du Siècle, centré sur la destinée tragique de la mannequin et actrice Edie Sedgwick, égérie d'Andy Warhol dans la Factory des années 1960. L'album qui marque un retour salutaire est confectionné par les sorciers de l'electro Chateau Marmont a pour premiers extraits « Limelight » et « Les Collines (Never Leave You) ».

    Copyright 2010 Music Story Anne-Claire Duchossoy

    #LiveOlympia

    • Filtrez par
    • Suivez-nous sur

    L'Olympia est à vous

    Test