KATERINE


Katerine - Le Film


Ça commence comme un film. Un homme se retrouve en vacances en famille à Figeac (46000) et, se sentant emmuré vivant parmi les vestiges médiévaux qui l’encerclent, commence à éprouver des pulsions inédites. Ila envie de tuer des gens. Supprimer des vies. Des anonymes, des innocents, n’importe qui, et seule sa bonne éducation (ou sa lâcheté) l’empêche de passer à l’acte. Pour tenter d’évacuer cette étrange sensation funèbre, calmer cette violence impromptue, l’homme prend sa voiture, laisse sa famille derrière lui et s’en va rouler au hasard. Il traverse la France, assoupie des clochers et des départementales, la France de Charles Trenet, de l’Auvergne au Limousin, pour finir en Vendée, sur des terres d’origine. Au cours du voyage, il a chanté des chansons à tue-tête, des chansons qu’il a improvisées au volant, ou dans dans chambres d’hôtel, comme pour se libérer des amoncèlements macabres qui lui tétanisaient l’esprit. Ila tout de même supprimer sciemment une vie en route, celle d’un hérisson. Le pauvre animal traversait au mauvais moment, il a pris pour les autres. Cet homme, c’est Philippe Katerine, chanteur fantaisiste parfois grave, serial killer contrarié et mélodadaïsite qui ne fait de mal qu’aux hérissons.


En 2010, Katerine posait entouré de ses parents sur l’album qui portait son nom. Aujourd’hui, il y a quelqu’un en moins sur la photo, et tout est dit dans Papa de cette disparition et de ces drôles d’envies de meurtre qu’elle aura fait éclore. Heureusement, à la place ce sont des chansons qui ont jailli. Celle-là, une autre, puis une autre, que Katerine aurait bien gardées pour lui mais qu’il s’est finalement résolu à enregistrer, dans l’ordre de leur apparition dans sa tête, comme autant de scènes d’un film. Peut-être pas « le plus beau film du monde » mais, à l’évidence, le plus touchant, burlesque et intime de son auteur. Au générique, Katerine est seul ou pas loin. Dans les rôles principaux, on le trouve lui, sa voix nue, ainsi qu’un piano qui somnolait dans un coin et qu’il a réveillé pour l’occasion. Son complice Julien Baer, qui lui a prêter son studio pour ce drôle d’accouchement, l’accompagne avec quelques percussions et instruments charmeurs et lointains. On entend aussi des chants d’oiseaux et d’insecte, une petite chorale d’enfants, des aboiements, trois fois rien. Après l’opus Magnum de 2014 et ses excès de gyrophares électro, c’est inconsciemment un retour aux sources auquel on assiste : à ce minimalisme de fortune qui, àl’époque (celle des Mariages Chinois, il y a 25 ans), réinitialisa en profondeur et en légèreté la chanson française. Le Film, au final, est donc constitué de seize saynètes qui vont du Pas Simple au Compliqué et du Bonheur au Merveilleux, sautillant de comptines philosophiques (Les Objets, autre variation autour du père absent) en promenades Tatiesque (Automobile), comme à la recherche effrénée du Moment parfait. Lequel, en un happy end pourtant un peu triste, finit par arriver.


C’est un film/disque singulier et pourtant tout Katerine est là, concentré et décontracté. Sa tendresse pour les chansonniers oubliés d’avant la pop, voire pour la mélodie française d’avant la guerre de 14 (Fauré, Poulenc), son goût pour Trenet lorsqu’il s’écarquille le regard d’un rien, d’un chien (Doudou) ou d’un chiendent (Les Plantes), sa connaissance pointilleuse des chansons Nouvelle Vague, d’Anna Karina et de Serge Rezvani dont il retrouve à merveille l’indolence joyeuse et l’insouciance fantasque, sa propre histoire enchantée sans cesse réinventée. Sur ce dixième album, Katerine chante désormais comme il dessine, le trait vocal s’envole librement mais reste précis, affuté et futé, croisant l’intime et l’universel dans un pas de deux faussement tremblant, jamais naïf malgré les résonnances enfantines auquel son choeur de jouvenceaux sert d’écho. Là encore, le dispositif vocal est pensé, atour de deux garçons et une fille, exacte reproduction de sa propre fratrie - deux frères, une soeur. Avec ce retour non prémédité à ses débuts, à l’enfance de son art, Philippe Katerine referme la boucle de son scénario personnel dans un ballet onctueux, prolongeant son expérience radiophonique récente, sur France Inter, où il s’intercalait avec tact et amour dans les chansons des autres, soliloquait sur le métier d’amuseur mélancolique et inventait comme toujours une forme nouvelle à partir d’un vieux médium fatigué. Cet album, film mental pour les oreilles, où l’on croise même un président en pique-nique A l’Elysée, constitue un nouveau geste fort, radical mais ouvert à tous. Sauf peut-être aux hérissons.

quand

vendredi 27 mai 2011 20h00

résumé

Katerine où l'art de réinventer la chanson... Il sait prendre le pouls de nos obsessions collectives tout détournant et bousculant les codes de la bienséance musicale française.

jeudi 11 mai 2017 20h00

résumé

Ce dixième album « Le film », est un retour aux sources, un minimalisme de fortune qui réinitialise en profondeur et en légèreté la chanson française. Katerine croise l’intime et l’universel dans un pas de deux faussement tremblant, jamais naïf, précis, affuté et futé. Film mental pour les oreilles, constitue un nouveau geste fort, que nous aurons plaisir à voir sur scène !

Accompagnée au piano de Dana Ciocarlie / Supervision musicale Alexis Khune


Ecouter

Loading the player ...
Acheter sur iTunes Acheter sur E-compil