THE RUBETTES

Résumé

The Rubettes Feat.Alan Williams.


OFFRE PROMO: VOTRE PLACE A -50%

40 ans après la sortie de "Sugar Baby Love" classé n°1 dans le monde entier en 1974, la légende des célèbres casquettes blanches continue à déplacer les nostalgiques des années seventies ! Actuellement en tournée européenne, ALan Williams (le chanteur original depuis les débuts) , John Richardson (le batteur original célèbre pour ses pitreries) et Mick Clarke (bassiste original) vous invitent à revisiter en leur compagnie tous les tubes des Rubettes (Tonight / I Can Do It / Juke Box Jive/ etc...) . L'un des derniers groupes Glam-Rock anglais des années soixante-dix à encore se produire sur scène avec ses membres originaux ! A l'Olympia pour cette dernière grande tournée d'adieu de ceux qui ont enflammé les coeurs de milliers d'adolescentes françaises !


THE RUBETTES

The Rubettes Feat.Alan Williams. / OFFRE PROMO: VOTRE PLACE A -50%

dimanche 21 septembre 2014 17h00

information sur les modes de réservation

Au guichet

Olympia Bruno Coquatrix

28, boulevard des Capucines

75009 PARIS -
Du lundi au samedi, de 12h à 14h et de 17h à 21h30
Le dimanche et les jours fériés, 2h avant le spectacle

Par téléphone

08.92.68.33.68

0,34 €/min

de 10h à 18h en semaine et de 14h à 18h le WE

Fauteuil roulant

Réservation par téléphone uniquement

Les Rubettes (featuring Alan Williams) en concert.

Le retour des casquettes blanches !


Actuellement en tournée, les Rubettes (oui, les vrais…) déclenchent une

incroyable vague de nostalgie dans toute l’Europe. Rescapés des années

soixante-dix , ils symbolisaient avec les groupes Mud et Boney M, une

génération insouciante où le glam-rock à paillettes se mélangeait au disco

et dans laquelle s’est épanouie toute une génération devenue aujourd’hui

largement quinquagénaire… Et pourtant…


Depuis le décès de Bobby Farrel (Boney M) et de Lesgray (Mud) , les

Rubettes semblent être les derniers « dinosaures » de cette époque à

encore se produire sur scène avec le même enthousiasme !


On ne les a jamais autant vus en TV, autant applaudis en concert. Ils

viennent de triompher en France dans des salles de plusieurs milliers de

fans « retrouvés » , jouent dans des stades en Allemagne, offrant à leur

public le bonheur d’une jeunesse retrouvée l’espace d’une soirée !


« Non, les Rubettes ne sont pas morts » confie Alan Williams, le chanteur

original toujours aux commandes du groupe , avec son humour

typiquement british ! « On a vendu autant de disques que les Beatles, mais

la différence c’est que nous on est toujours sur scène… »


Les Rubettes (Feat.Alan Williams) avec trois des membres du groupe

d'origine: le chanteur Alan Williams, le bassiste Mick Clarke et le batteur

John Richardson ont été rejoints depuis par Mark Haley (ex-claviériste

des Kinks) aux claviers. Casquettes blanches et costumes blancs, ils ont

repris leurs tubes et des standards américains, agrémentés de wap-doowap

et percussions.


Sur scène, le show de 90 minutes (jamais de play-back !) parfaitement rôdé

est fidèle à la tradition musicale anglo-saxonne. La setlist fait place à la

dizaine de hits incontournables des Rubettes qui ne se privent pas de

continuer à faire des pitreries sur scène comme à la belle époque !

On aurait pu penser que la show allait sentir la naphtaline et finalement

chacun prouve que le groupe "vintage"-on nous met le terme à toutes les

sauces , alors pourquoi pas -a des leçons à donner aux p'tits jeunes de la

Star Ac.

Les indévissables casquettes blanches du groupe anglais ne font pas un

pli!

Et en plus les "papys du rock" (surnom affectueux donné aux Rubettes

par la presse du Nord de la France) ne se prennent pas au sérieux.


Deux mille personnes debout et reprenant en choeur Sugar Baby Love à

s'en faire pèter les cordes vocales, ça l'fait, non? (Cambrai/14 janvier 2011)

A l'issue du concert, les Rubettes mettent un point d’honneur à se prêter

au jeu des autographes avec générosité et sourire. Ils prennent le temps de

rencontrer tous les fans et acceptent de poser à leurs côtés pour les

photos. Une telle disponibilité juste après le concert est déconcertante…


Et pourtant, en 1974 , on a bien failli ne jamais connaître les Rubettes !

Le groupe est numéro 1 en Angleterre, Hollande, Belgique et Allemagne

avec leur premier hit « Sugar Baby Love ». Le directeur de leur maison de

disque en France (Polydor) ne croit pas un instant au succès de ce groupe

pour la France, et décide d’en confier l’adaptation et la traduction à un

jeune chanteur totalement inconnu à l’époque : Dave. Le 45trs sort en

France et Dave devient rapidement n°1 avec la version francophone « Trop

beau ». Les Rubettes découvrent alors avec stupeur ce chanteur français

inconnu en Angleterre qui s’habille comme eux en blanc, avec la même

casquette et qui « pique » le même effet vocal qu’Alan Williams !!! Devant

le succès international de « Sugar Baby Love », Polydor se rend compte

de son erreur, vire le directeur français de Polygram et sort en catastrophe

la version originale des Rubettes sur la France… Le succès est immédiat

et les Rubettes écoulent ainsi en quelques jours seulement plus de 3

millions d’exemplaires de « Sugar Baby Love » sur le territoire français,

reprenant la première place du hit parade avec la version originale

anglaise… Dave perd sa première place ainsi que ABBA avec son Hit de

l’Eurovision « Waterloo »… au profit des Rubettes sur la France…


Les Rubettes vont alors vivre une véritable histoire d’amour avec la France

et la Belgique , devenant dans un marché largement francophile , le seul

groupe anglais à faire craquer les midinettes de France et de Navarre…


Les tubes s’enchaînent… « Tonight »,« Foe Dee Oh », « Juke Box

Jive », « Ooh La La »,« I can do it » et le groupe sillonne la France.


L’ascension des Rubettes est fulgurante, mais elle sera aussi de courte

durée… créé en 1973 à Londres, le groupe se sépare en 1979 en pleine

gloire.


Alan Williams décidera en 2000 de reformer le groupe avec la plupart des

membres originaux afin de répondre à la forte demande d’organisateurs

belges et allemands et d’exploiter le marché de la nostalgie des années

1970. Les demandes affluent de tout le nord de l’Europe et les Rubettes

repartent en tournée au Danemark, Suède, Allemagne, et Belgique.

Leur public devenu largement quinquagénaire se presse à nouveau aux

concerts , et en profitent pour faire découvrir à une nouvelle génération de

fans ceux qui il y a 40 ans déjà, enflamèrent leur jeunesse.


Alors, oui, c’est probablement la dernière occasion de venir applaudir ce

groupe de légende, puisqu’à l’occasion du quarantième anniversaire de la

création des Rubettes, ceux-ci viennent saluer une dernière fois leurs fans

avant de faire leurs adieux définitifs à la scène !


Les casquettes blanches reviennent en France pour un dernier tour de

piste ! Qu’on se le dise …