RAZORLIGHT AU FESTIVAL ROCK THE GIBUS

RAZORLIGHT

http://www.razorlight.co.uk/

Le groupe des tubes America et Golden Touch fait ses débuts dans une salle de répétitions du sud londonien en 2002/2003. À l’époque, l’idée même du groupe de rock britannique à guitare a perdu de son prestige. En l’espace de deux ans, Razorlight va aider à réinsuffler de l’énergie à cette forme artistique et à définir le champ des possibles.

Ils présentent bien, leurs chansons sont remarquables, manient l’art des déclarations à la presse : les magazines NME et Q les élisent de but en blanc « meilleur nouveau groupe ».

S’impose alors à eux une trajectoire impressionnante, à travers trois albums aussi différents que complémentaires – Up All Night, Razorlight, Sleepway Fires : ils commencent par jouer dans des bars, caves, clubs, sur des toits, dans des écoles, pour finalement se hisser jusqu’aux salles de concerts, aux festivals et aux palaces.

La distance qui sépare la scène de la foule au fond de la salle ne cesse de grandir, avec des tournées dans de grandes salles de concert, des soirées à guichet fermé au Earls Court de Londres, et des festivals (Reading, Leeds…) où ils jouent en tête d’affiche.

S’il existe un risque pour tous les groupes de rock, de devenir après trois ou quatre albums un genre d’institution, continuant pour dire qu’ils continuent, une marque de fabrique, un simulacre de musique et non une musique faite de passion, alors le parcours de Razorlight est le parfait exemple de la marche à suivre pour ne pas tomber dans le πège. Éclairés aux flambeaux, guidés par les étoiles, ils ne pourraient être sur une meilleure voie.

Le groupe sortira prochainement un nouvel album à l’occasion duquel ils donneront un concert exceptionnel à l’Olympia, le mercredi 3 avril 2013, dans le cadre du Festival Rock the Gibus.


DEUCE

https://www.facebook.com/DEUCEofficiel

Cʼest en mai 2011 que se rencontrent en studio pour la première fois Lucien, Nicolas, Yacine, Pierrick et Romain. Entre ces cinq là, pas de liens de longue date, aps de véritables espaces communs, mais une même épine dorsale, le

rock. Talents de composition de Lucien, premières notes conjuguées et volonté partagée de monter un groupe, lʼentente est

immédiate et lʼamitié brutale. Deuce est né. Très vite, le groupe se crée un répertoire personnel, alimenté par deux compositeurs. Deuce cʼest ce son brut, ce son rock qui lui est pur. Cette harmonie entre ces sons de guitares saturées, cette batterie et cette basse très rock, ce piano qui apporte une touche pop au groupe, et ces deux voix qui sʼharmonisent tels deux échos.


THE BLOW UP

https://www.facebook.com/theblowupsound

2010. Flo (guitare), Gilles (basse) et Florent (batterie), qui se sont rencontrés en menant dʼautres projets musicaux, quittent leur sud natal envahit par les tubes de lʼété et les dancefloors pour tenter leur chance dans la capitale. Installés à Paris, ils rencontrent Romain, pianiste fan comme eux de lʼesthétique mod et des sons vintage. The Blow Up fait de la résistance en regardant vers la terre promise du rock : lʼAngleterre du Swinging London et du Summer of Love psychédélique. Le groupe croise ses influences Beatles période Revolver avec le rock sous acide de The Brian Jonestown Massacre. Au fil des scènes, des caves parisiennes les plus obscures jusquʼà lʼatmosphère enfiévrée du Gibus, le quatuor forge peu à peu son identité musicale, entre chœurs acides et énergie garage. Sur scène, les quatre musiciens retrouvent lʼessence de la pop 60ʼs dans lʼintensité de leur interprétation rock.


LITTLE d BIG B :

L’histoire débute en 2009 lorsque Paul (basse) et Charles (guitare) rencontrent Quentin (chant) et Antoine (batterie). Ensemble, ils combinent leurs styles, donnant naissance à leur premier E.P "Elephant Walk" au son lourd et hypnotique,

une vraie plongée enivrante au cœur de ce qui s’apparente à un songe. Un mélange explosif qui fait qu’aujourd’hui l’alchimie est parfaite. Les rythmes saccadés se marient aux sonorités parfois cinglantes, toujours accompagnées de cette voix charismatique pouvant faire penser à celle d'Alex Turner. On se laisse entraîner par les sons énergiques des instruments, qui ne sont pas sans rappeler les solos des White Stripes , ou bien encore The Vines .

Little d Big B, c’est l’éléphant dans la boutique de porcelaine du rock français. Gageons que leur futur s’annonce fracassant !


THE DISTANCE :

THE DISTANCE est né en 2008 de la rencontre de musiciens très actifs de la scène rock métal parisienne (Leto, Gazoline, Tracy Gang Pussy, Inhatred). De 2009 à 2010,

le groupe compose son 1er album et enchaîne les dates où il fait preuve d’une énergie qui leur vaudra le plébiscite de beaucoup de groupes déjà reconnus de la scène

française. En 2011 le groupe entre en studio pour l’enregistrement de 11 titres.

De la sueur et de l’énergie brute! Plus qu’une nécessité, c’est la constante de THE DISTANCE. Le Rock survitaminé made in France à un nouveau visage, d’un style

musical d’origine américaine (foo fighters, queens of stone age, velvet revolver) teinté de rock scandinave (Turbo Negro, backyard babies) et de paroles explicites,

THE DISTANCE s’inscrit dans une lignée de groupe déjà dantesque.


quand

FESTIVAL ROCK THE GIBUS

FESTIVAL ROCK THE GIBUS

mercredi 23 mars 2011 20h00

résumé

Le « FESTIVAL ROCK THE GIBUS » est une scène ouverte aux groupes émergeants et constitue une étape décisive pour les jeunes espoirs.

«Rock The Gibus» offre une nouvelle fois la possibilité aux futurs artistes professionnels de venir s’exprimer et de montrer leurs talents lors d’un festival unique.

Après un mois de compétition acharné, en juin 2010 au Gibus, il ne reste plus que deux groupes susceptibles de décrocher le St Graal du Rock’N’Roll : les Cheers et les Denver Is Not The Last.

Nul doute qu’ils seront prêts à en découdre le Mercredi 23 Mars 2011 qui plus est sur les planches mythiques de l’Olympia.

Pour les accompagner, le Gibus a mis en place une programmation à son image à la fois rock, moderne et diversifiée. Se produiront tour à tour sur scène : Hangar, Disiz Peter Punk, The Parisians, Toybloïd, BoXoN, Les Prostitutes, JFK et Slide On Venus. Mick Whitnall guitariste du groupe de rock anglais BABYSHAMBLES se chargera de faire monter l’ambiance d’un cran avec un Dj Set dévastateur.

Ce festival orchestré par le Gibus est une véritable chance de découvrir la nouvelle génération du rock français.


 AVEC PETER DOHERTY

AVEC PETER DOHERTY

mercredi 21 mars 2012 19h30

résumé

LA 3ème EDITION DU FESTIVAL « ROCK THE GIBUS »

FINALE À L’Olympia le mercredi 21 Mars 2012 / 19h30


Le festival Rock the Gibus aura le plaisir d'accueillir en guest star PETER DOHERTY.Auteur, compositeur, poète, interprête, artiste, le fondateur du groupe The Libertines et Babyshambles également connu pour sa carrière solo n'est plus à présenter! Il nous fera l'immense honneur de venir se produire en accoustique à L'Olympia, dans le cadre du Festival.


Nina Hagen, quant à elle, ne sera pas en mesure d'assuere sa performance le 21 mars prochain.

Voici la déclaration envoyée ce jour (20 mars) par son tourneur international:

nina Hagen a eu un accident dans lequel elle a été blessée. Il s'avère que la plaie s'est infectée. Sur les conseils de son médecin, Nina Hagen n'a pu assurer sa performance le 13 mars dernier. De ce fat, ses engagements à Denzlingen (le 18 mars) et à Paris (le 2& mars) ont du être annulés.


Après avoir connu sa première finale « Olympienne » au cours d’une soirée qui restera sans aucun doute mémorable, « Rock The Gibus » va également entrer dans une nouvelle ère…

Sous l’impulsion de son nouveau président Stéphane Taïeb de grandes nouveautés attendent la 3ème édition du Festival « Rock The Gibus », plus que jamais ouverte aux jeunes talents pour leur permettre d’entrer dans la légende !

Le Gibus est fier d’annoncer que les deux finalistes qui tenteront de remporter la grande finale du festival « Rock The Gibus » sont : Big Money Makers (www.myspace.com/bigmoneymakersrock) et Big Dist Allstars (www.myspace.com/bigdistallstars) ! Ces deux groupes finalistes s’affronteront à L’Olympia le 21 mars 2012 lors de la grande finale du festival « Rock The Gibus », à laquelle sera présent également le groupe vainqueur du festival « Rock Inter Régions » 2011 : The Marginals (www.myspace.com/themarginals) et en Guest : Sex Assets & Waste Management (www.myspace.com/sexassets)


Deuce vs The Blow Up + The Distance + Little d Big B + Vadel                       OFFRE DE DERNIERE MINUTE: VOS PLACES EN ORCHESTRE DEBOUT A 15€

Deuce vs The Blow Up + The Distance + Little d Big B + Vadel OFFRE DE DERNIERE MINUTE: VOS PLACES EN ORCHESTRE DEBOUT A 15€

mercredi 03 avril 2013 19h30

résumé

Stéphane Taïeb et Gibus Tour présentent

RAZORLIGHT

En concert exceptionnel , à l’occasion de la sortie de leur nouvel album.

Invité d’honneur de la Grande Finale du FESTIVAL ROCK THE GIBUS 4ème Edition

avec

Deuce vs The Blow Up + The Distance + Vidal + Little d Big B ,le gagnant du Festival Rock Inter Régions 2012

Temple du Rock depuis 1967 et véritable « Découvreur de Talents », le Gibus a le plaisir de vous annoncer la Grande Finale du Festival Rock the Gibus, à l’Olympia le mercredi 3 avril 2013.

Après avoir connu sa deuxième finale « Olympienne », avec Peter Doherty en invité d’honneur, le Festival Rock the Gibus entre dans une nouvelle ère…

Sous l’impulsion de Stéphane Taïeb, cette finale s’annonce grandiose, pleine de découvertes et de nouveaux talents !

Le Gibus est donc fier d’annoncer que les deux finalistes qui tenteront de remporter la Finale du Festival Rock the Gibus sont :

Deuce vs The Blow Up

Ils s’affronteront en première partie de RAZORLIGHT, grand invité d’honneur de cette 4ème Edition.

Jouera également lors de cet événement le gagnant national du Festival Rock Inter Régions 2012.


Placé sous la responsabilité de nouveaux présidents, Stéphane Gerber et Yoan Manesse (les dirigeants des Studios Montorgueil) le jury est composé de plusieurs professionnels de la musique et du milieu artistique tels que :

Président d’Honneur : Patrick Eudeline (Musicien, Auteur / Compositeur)

Arnaud Delbarre (Directeur de l’Olympia) ; Stéphane Quinery (DG Paul Beuscher) ; Henry Padovani (Manager, Musicien et Fondateur du groupe The Police) ; Jean Fauque (Parolier d’Alain Bashung, représentant de la Sacem) Raphaël Amoroso (Directeur Régional du Nord et Ile-de-France Sacem) ; Frédéric Jouannet (Conseiller à la Programmation de la Fête de l’Humanité) ; Lionel Gaury (Coordianteur Régional) ; Greg Ferrkins (Réalisateur Studios Montorgueil) ; Eddy (Réalisateur Studios Montorgeuil) ; Louis Eustache (Journaliste Rock One) ; Loic (Radio Sensation) ; Céline Manesse (Plug Medias / Prod Tv) ; Nicolas (Plemi) ; Valentin Zpitz (Journaliste Europe 1 / Nouvel Obs); Pascal Pacaly (Ecrivain) ; Damien Jarry (Musicien) ; Shanka (No One Is Innocent) ; Mario Martino (MML Music) ; Christophe Hondelatte (Musicien / Tv / Radio) ; Antoine Buciek (Tourneur) ; Boris Jardel (Indochine) ; Nico (Mass Hysteria).


http://www.vadelmusic.com/


D’origines multiples, Adam Vadel voit le jour en août 93. Sa mère, comédienne, l’inscrit au conservatoire à l’âge de 6 ans où il y apprend les cuivres et d’autres instruments dans la famille

des percussions ; le piano lui plaît aussi énormément… mais la batterie deviendra son premier

instrument sous l’influence et le jeux des icônes des 70’s : John Bonham et Keith Moon. Ses premières amours musicales s’affichent du côté du funk : Michael Jackson, James Brown, Prince, Sly

and the Family Stone.


Vadel découvre par la suite les Stones, Ramones, AC/DC qu’il adore. Dès le collège, il commence

la guitare qui deviendra très vite son instrument de prédilection en décortiquant à la perfection les riffs de Jimmy Page, Joe Perry , Slash et les tourneries des Red Hot ; dans la foulée fonde son premier groupe et s’empare du chant instinctivement.

C’est lors d’une répétition dans un studio que le jeune groupe est repéré par un proche de Philippe

Manoeuvre. Ce dernier, convaincu, les programmera pour les soirées Rock’n’Roll Fridays du Gibus. Vadel sera le plus jeune artiste à participer à l’un de ces illustres rendez vous.

Dans la foulée, il enregistre et autoproduit son premier album à 13 ans. L’album contient une reprise de « I was made for lovingyou » de Kiss. Il n’est pas distribué officiellement mais a le mérite de servir de carte de visite et d’intéresser les professionnels. Il donne à Vadel l’occasion de passer dans le Grand Journal de Canal + et surtout d’être repéré par une major qui lui offre la possibilité d’approfondir son intensité musicale.


Durant cette période très riche, Vadel fréquente les jam sessions de la capitale, et à force de travail, accède à une maîtrise de la guitare peu répandue chez les musiciens de son âge ; un véritable «guitarhero». Il effectue également les premières parties d’artistes de renommée internationale comme Joe Cocker, Pink ou INXS.

Aujourd’hui âgé de 18 ans, Vadel se consacre entièrement à la musique et partage son temps entre le studio et la scène. Il se rend régulièrement aux Etats-Unis, un pays qui a vu naître de nombreux artistes qu’il admire et dans lequel il se sent bien.

On retrouve dans la musique de Vadel les sons qui ont forgé ses goûts musicaux : cocottes

funky et riffs de plomb qui rappellent tantôt le funk de Nile Rodgers, tantôt le rock de Led Zeppelin. Les textes, rêveurs et mélancoliques, traitent de la difficulté à communiquer ou de déceptions sentimentales, mais incitent toujours à l’urgence de vivre.


RAZORLIGHT AU FESTIVAL ROCK THE GIBUS RAZORLIGHT AU FESTIVAL ROCK THE GIBUS RAZORLIGHT AU FESTIVAL ROCK THE GIBUS RAZORLIGHT AU FESTIVAL ROCK THE GIBUS